Pipes d’o­pium #9

Pipes d’o­pium #9

Première pipe d'opium. On devrait tous lire — ou relire — Saint Augustin d'Hippone, le célèbre auteur des Confessions. Il est des choses qui ne sont pas des choses et d'autres qui sont aussi des signes [...] Parmi ces signes, certains sont seulement des signaux,...

Pipes d’o­pium #8

Pipes d’o­pium #8

Où il est question d'une ville sainte qui se transforme en bordel, d'un Italien au Japon, d'un Hongrois au Vietnam, d'un Breton en Chine et d'une Chinoise qui ressemble à une Islandaise... Première pipe d'opium. Finir une belle lecture, passionnante et âpre, de celles...

Pipes d’o­pium #7

Pipes d’o­pium #7

Où il est question d'un poète indien, d'une femme chinoise qui n'a jamais existé, des paroles du Bouddha et d'une chanteuse islandaise qui chante à la manière des scaldes. Première pipe d'opium. Rabindranath Thakur dit Tagore (রবীন্দ্রনাথ ঠাকুর), prix Nobel de...

Pipes d’o­pium #6

Pipes d’o­pium #6

Où il est question d'une insolente en pays fermé, de confessions bretonnes, d'une grotte à peine connue et d'un cœur allemand qui s'épanche en larmes. Première pipe d'opium. Elle s'appelle Élodie Bernard. Née en 1984, elle a ramené dans ses valises un ouvrage paru...

Pipes d’o­pium #5

Pipes d’o­pium #5

Aujourd'hui, ces pipes d'opium ne sont dédiées qu'à une seule personne ; le photographe néo-zélandais Brian Brake. Et il n'y a pas grand-chose à en dire, car les mots ont parfois du mal à commenter les photos. Brake est un personnage de l'ombre, même s'il fût décoré...

Pipes d’o­pium #4

Pipes d’o­pium #4

Première pipe d'opium. Cette photo-là, une photo mythique. Elle représente l'écrivain Nicolas Bouvier et son ami de toujours, Thierry Vernet. Bouvier est mort en 1998, Vernet en 1993. La femme présente sur la photo, c'est Floristella Stephani, celle qui deviendra...

Pipes d’o­pium #3

Pipes d’o­pium #3

Où il est question d'un grand-père comptable transformé en photographe, d'un orgasme matinal du mois d'août, d'un hôtel construit par un architecte célèbre et qui aurait bien pu ne pas résister à un tremblement de terre, d'un arbre qui pousse les pieds dans l'eau, de...

Pipes d’o­pium #2

Pipes d’o­pium #2

Où il est question d'un vieillard, d'un jeune Américain agaçant qui se trouve dans le périnée du temps, d'un soldat à qui est dédicacé le Petit prince qui se retrouve en Cochinchine, d'une roue de chariot sur laquelle urine un voleur, d'un Canadien dans une Asie...

Pipes d’o­pium #1

Pipes d’o­pium #1

Première pipe d'opium. Ce qui est difficile dans l'apprentissage d'une langue, ce ne sont pas tant les règles de grammaire, qui pour un esprit normalement constitué, ne sont que des règles parmi tant d'autres, à apprendre, à mémoriser, à faire siennes, à retranscrire,...

Ubud sto­ries #13 : Les sub­ak de Jati­lu­wih

Après la petite décon­fi­ture de la veille, je décide de prendre un peu le temps, de me lever tard et de faire quelques lon­gueurs dans la pis­cine, his­toire de délas­ser mon esprit, pour de bon.

Ubud sto­ries #12 : Bali sous un mau­vais jour, la cam­pagne et les rizières

Qua­trième jour sur l’île des Dieux. J’ai pas­sé une mau­vaise nuit, j’au­rais dû me méfier. Une scia­tique lan­ci­nante m’a empê­ché de dor­mir une bonne par­tie de la nuit et je n’ai réus­si à faire pas­ser la dou­leur qu’à coup de para­cé­ta­mol. Au réveil, sur le muret devant la chambre, juste à côté de la petite mai­son des esprits en pierre vol­ca­nique, une offrande a été dépo­sée par des mains déli­cates, accom­pa­gnée d’un bâton­net d’en­cens qui dif­fuse dans l’air satu­ré d’hu­mi­di­té une douce fra­grance entê­tante.

Ubud sto­ries #11 : Gunung Kawi

J’ai pas­sé une bonne par­tie de ma jour­née à Tam­pak­si­ring, au Pura Tir­ta Empul, à pro­fi­ter de cette belle jour­née sans pluie, sous un soleil de plomb que les sources ont réus­si à rafraî­chir un peu. Je saute à nou­veau dans mon taxi pour rou­ler à peine plus de cinq minutes vers le temple de Gunung Kawi (le mont aux poètes).

Ubud sto­ries #10 : Pura Tir­ta Empul à Tam­pak­si­ring

Il faut envi­ron une demi-heure pour relier Goa Gajah à la ville de Tam­pak­si­ring où se trouve le lieu le plus emblé­ma­tique et cer­tai­ne­ment le plus connu de Bali. Nous sommes ici dans le vil­lage de Manu­kaya où l’on trouve ce lieu étrange et envoû­tant que sont les sources sacrées du Pura Tir­ta Empul (lit­té­ra­le­ment, temple des eaux sacrées).

Ubud sto­ries #9 : Goa Gajah, la cave de l’é­lé­phant

Le som­meil, le manque cruel de som­meil avec la fatigue du voyage encore pré­sente. Voi­là com­ment com­mence cette nou­velle jour­née. J’ai les cuisses endo­lo­ries, le front rou­gi par le soleil et le nez rous­si. Mais cela n’entache pas ma bonne humeur, bien au contraire. Ces petites contra­rié­tés font elles aus­si par­tie du voyage, elles vous rap­pellent que vous avez un corps et que vous ne pou­vez faire autre­ment que de le traî­ner der­rière vous comme un sac à patates.

Ubud sto­ries #8 : Puri Saren Agung, le palais d’U­bud

Puri Saren Arung. Un autre nom de la belle langue indo­né­sienne pour dési­gner ce qu’à peu près on désigne en anglais sous le nom de “Ubud Palace”. C’est un endroit qui donne sur la rue prin­ci­pale (Jalan Raya Ubud) et on peut réel­le­ment dire que c’est le cœur d’une ville dont on a du mal à voir les contours.

Ubud sto­ries #7 : Pura Taman Kemu­da Saras­wa­ti — Des monstres, des lotus et le Barong

Ma déam­bu­la­tion dans la petite ville d’U­bud se pour­suit, pour cette pre­mière jour­née dans la touf­feur et la fatigue, sous un soleil qui hésite par­fois à se frayer un pas­sage au tra­vers d’une épaisse couche de nuages. Je dois d’a­bord pas­ser par le mar­ché pour m’a­che­ter un sarong (mot d’o­ri­gine malaise qui signi­fie “étui”), une pièce de tis­su qu’il suf­fit d’at­ta­cher sur elle-même par un nœud autour de la taille.

Kach­gar — قەشقەر — Col­lec­tion de timbres #3

Ce n’est pas parce qu’on est confi­nés qu’on n’a pas le droit de voya­ger. Une fois par jour, je vais essayer de vous faire décou­vrir le monde, les lieux que j’aimerais connaître un jour et que d’autres ont eu la chance de par­cou­rir. Aujourd’hui, nous retour­nons en Chine, dans l’ancien Tur­kes­tan.

Lecce — Col­lec­tion de timbres #2

Ce n’est pas parce qu’on est confi­nés qu’on n’a pas le droit de voya­ger. Une fois par jour, je vais essayer de vous faire décou­vrir le monde, les lieux que j’ai­me­rais connaître un jour et que d’autres ont eu la chance de par­cou­rir. Aujourd’­hui, nous par­tons à Lecce, dans le sud de l’I­ta­lie.

Shaxi — 沙溪 — Col­lec­tion de timbres #1

Ce n’est pas parce qu’on est confi­nés qu’on n’a pas le droit de voya­ger. Une fois par jour, je vais essayer de vous faire décou­vrir le monde, les lieux que j’aimerais connaître un jour et que d’autres ont eu la chance de par­cou­rir. Aujourd’hui, nous par­tons à Shaxi, en Chine.