Agir sans agir (Liang Shitai)

Agir sans agir (Liang Shitai)

Il ne se passe pas grand-chose à la cour du prince Ch'un. Yixuan (奕譞) et sa cour se morfondent derrière les murs de brique du vieux palais. A l'extérieur, le Vice-Roi du Zhili, le revêche Li Hongzhang (李鴻章) joue de ses relations pour lever une milice au service de la...

Le visage de Savorgnan de Brazza

Le visage de Savorgnan de Brazza

J'ai trouvé un jour un livre sur les explorateurs* sur la couverture duquel figurait un visage très beau, énigmatique, figé, le visage de quelqu'un qui m'était complètement inconnu. Cet argument aurait en fait suffi à ce que j'achète ce livre, la publicité en était...

Istanbul, 1968

Deux clichés permettant de respirer l'air d'un temps qui n'est (presque) plus... La Süleymaniye depuis la Corne d'Or (Haliç) Mosquée de Fethiye (ancienne église byzantine de la Vierge Pammakaristos)

Les nouveaux arbres de Robert Voit

Les new trees de Robert Voit est un projet qui a été récompensé par le Lead Award et l'ADC Award en 2006 et que l'on peut assimiler au genre de travaux qu'ont mené pendant toute leur les époux Bernd et Hilla Becher sur les monuments urbains. Pourtant, à y regarder de...

Prises en plein vol

Il y a de la poésie dans ces images prises d'avion au-dessus des continents rugueux et une certaine vision qui transcende la simple notion de paysage. Un projet inspiré par JFK ✈ SFO de Paul Octavious. In flight, par Steph Goralnick, via JR.

Carnets de campagne #1

Des lettres en forme de carnet de campagne, jour après jour, pour consigner quelque part le flux des jours. Il n’y aura pas beaucoup de jours comme celui-ci, chaud et fiévreux, où le vent ne semble pas laisser complètement son jeu ouvert face au soleil.

Les plus belles mains de Delhi

Lorsqu’un journaliste suédois sur le retour, en bout de course, s’envole pour Delhi au risque de perdre pied dans un pays qu’il ne connaît pas et pour lequel il n’a a priori aucune espèce d’attirance et qu’une fois arrivé, il tombe gravement malade au point de croupir dans une chambre d’hôtel miteuse, terrassé par une indigestion carabinée, on se dit qu’il ne peut que remonter la pente.

Le livre qui a plus vécu que moi

Si un jour on me demande quel livre a plus vécu que moi, je répondrais sans hésitation, c’est celui-ci. On dira ce qu’on veut, il y a des livres qui vivent plus longtemps que ceux qui les lisent ; je veux dire par là, dans une vie d’homme…

Ko Pha Ngan stories #3 : Déluge à Chaloklam

Wat Chalok Lam. Le mot wat désigne tout naturellement ces temples que les bouddhistes visitent de temps à autre pour honorer la figure de Bouddha et les grands moines qui ont parfois leurs statues en cire criantes de réalisme exposées sous les auvents en bois.

Ko Pha Ngan stories #2 : Baan Chalok Lam

Baan Chalok Lam. On dit aussi Chaloklum. Voici le finistère de Koh Pha Ngan, un finistère en forme de croissant de lune s’enfonçant dans une vallée au pied d’un des points culminants, une montagne où les nuages chargés d’eau s’accrochent et finissent par se vider au-dessus du village de pécheurs.

מחברות ירושלים – Les carnets de Jérusalem

Assis non loin des vestiges du Temple de Salomon, inquiet comme un chat sous l’orage, je pouvais entendre bruire la rumeur de ceux qui priaient au pied de l’immense muraille.

Les carnets égyptiens

Nous étions seuls et nus face à l’immensité d’un désert de sable jaune, arasé par la lumière crue d’un mois de février pas tout à fait comme les autres. Il n’y avait rien autour, tout le monde s’était évanoui, et il ne restait plus que nos pauvres âmes esseulées mais remplies de bonheur.

Minimaliste du samedi matin : Conversation avec Goethe

Il est 8h44, samedi matin. Une première semaine de travail excitante, une semaine qui une fois terminée me fait me sentir comme après une bonne douche, délassé, détendu. Il me fallait ça pour retourner à la vie…

Motel de Moka / La fin des vacances

Voilà, c’est fini, on sonne la fin de la récréation, le temps des cerises n’est pas encore arrivé, mais on ferme tout, le rideau de fer est baissé, on range les pinceaux, on raccroche les gants, on se range des bagnoles, on coupe le son et on ouvre les mirettes…

Le temps très lent des toutes petites choses #7

Un mardi matin comme toutes les semaines, un matin frais et doux sous un ciel de printemps. La nature crie son bonheur de pouvoir exhiber à nouveau ses charmes aux yeux de qui sait prendre le temps de l’admirer, elle se pavane dans des poses langoureuses telle une femme lisant une lettre d’amour dans un tableau de Fragonard.