Tag Archives: art

Annonciation, Vierge Odigitria  (theotokos) et Apôtres, Torcello, basilique Santa Maria Assunta - XIIè siècle

Fragments de peintures vénitiennes (1) : Cathédrale Santa Maria Assunta de Torcello

Annonciation, Vierge Odigitria  (theotokos) et Apôtres, Torcello, basilique Santa Maria Assunta - XIIè siècle

Sur la lagune de Venise se trouve une petite île que personne ne va visiter parce que ce n’est qu’un endroit périphérique des grands parcours touristiques. Pourtant, on connait son nom, ou tout au moins on en a déjà entendu parler : Torcello. La particularité des îles qui composent l’archipel de Venise c’est de n’être pas tellement plus haut que le niveau de la mer qui vient lui lécher les pieds et c’est alors ce qu’on voit tous les ans (ou deux fois par an, puisque cela arrive au moment des équinoxes) aux journaux télévisés comme une ritournelle, l’acqua alta. Les Italiens ont un don pour nommer les choses de la manière la plus simple qui soit. Quand l’eau monte, l’eau devient haute… C’est tout.

De cette petite île, Torcello, dépasse un campanile carré surplombant une cathédrale dont on se demande finalement ce qu’elle fait là puisque l’île n’abrite plus que quelques habitants, tandis qu’au Xème siècle elle voyait sa population s’élever à plus de 10 000 habitants. La façade de ce bâtiment révèle qu’il date de la période romane, et même, puisque nous sommes en Italie, de la période byzantine si l’on en croit l’inscription qui fait remonter son origine à 639. A l’intérieur se trouve le cul-de-four de l’abside, une demi-couple décorée d’une mosaïque absolument somptueuse datant du XIIè-XIIè siècle, parée d’or, représentant dans un espace assez grand la Vierge à l’enfant (Theotokos, mère de Dieu, et Odigitria, qui montre la direction) entourée du monogramme qui est le sien (MP ΘY). La figure de la Vierge est surplombé par une Annonciation au-dessus du cul-de-four, l’Ange Gabriel à gauche, la Vierge à droite. Sous les pieds de la Vierge, les douze apôtres marchant sur un parterre de coquelicots. Comme toutes les fleurs rouges, celle-ci en particulier est symbole du sang du Christ versé pour les hommes.

Dans la cathédrale se trouvent d’autres mosaïques très belles, finement exécutées, notamment celle du Jugement Dernier, mais celle-ci a la charme de sa taille, impressionnante et tend à nous faire savoir si on l’avait oublié que l’histoire de Venise a de tout temps été tournée vers l’Orient et se place sur le même plan que de l’art de Byzance. Promenez-vous dans Venise et vous verrez que nous sommes aux portes de Constantinople…

Pour en savoir plus : Les peintres de Venise, Enrico Maria dal Pozzolo, Actes Sud.

Exposition au Louvre: Chypre, entre Byzance et l’Occident

Saint Mammès chevauchant le lion. Icône, Paphos, Musée byzantin © Paphos, Musée byzantin Une autre exposition pour laquelle il ne reste plus beaucoup de temps et qui exhibe quelques objets significatifs d’une longue période allant du IVème au XVIème siècle, d’une histoire religieuse de l’île qui a longtemps vécu sous influence, notamment sous le règne des Lusignan.
Construite chronologiquement à partir des premiers temps de la chrétienté, lorsque l’Empire Romain d’Orient est encore aux rênes de ce qu’on appelle l’Empire Byzantin jusqu’à la conquête de l’île par la marine ottomane, on perçoit au travers de cette exposition les différents mouvements d’une histoire politique tourmentée, successivement colonisée par toutes les puissances en présence sur le pourtour méditerranéen (Arabes, Croisés, Vénitiens, Turcs…), mais surtout que Chypre a été le foyer, et cela aussi en raison de son statut insulaire, d’une grande spiritualité, tiraillée entre ses origines orthodoxes et catholiques tout au long des trois siècles pendant lesquels les Lusignan feront de Chypre leur jardin privé. Cette spiritualité s’accompagne d’une longue tradition architecturale et de création artistique influencée par les habitants successifs de l’île.
De très belles icônes rescapées de l’époque iconoclaste conservent encore des couleurs d’une puissance sans égale. On pourra ainsi s’extasier devant une icône haute de plus d’un mètre relatant les épisodes de la vie de Saint-Nicolas (provenant de Saint-Nicolas-du-Toit, exposée d’ordinaire au musée byzantin de Nicosie)

 

Ce sera également l’occasion de voir un très beau livre qui ne sort que rarement de la BNF, le Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius, ainsi que le très énigmatique Codex Magius. Poursuivre la lecture

Le livre contre le musée, du trememdum au canapé…

Lorsque j’étais à l’intérieur du baptistère San Giovanni de Florence avec ses mosaïques de style byzantin représentant le Christ du Jugement dernier entouré des neuf représentants de la hiérarchie céleste(1), je me suis posé une question. Mais d’abord, je me suis laissé envahir par la beauté du lieu. Je pense que ce baptistère est un des lieux les plus magiques de l’histoire de la chrétienté, et malgré ses dimensions beaucoup plus modestes que le Duomo(2) voisin, il n’en reste pas moins un lieu magnifique. Ses mosaïques dorées sont baignées d’une lumière irréelle et donnent au visiteur une sensation de majesté écrasante, ce qui est le lieu commun des œuvres sacrées. On doit s’y sentir petit, un tremendum(3) tout puissant vous étrillant les entrailles… Ensuite je me suis posé une question. Je me suis dit que si je voulais prendre le temps de comprendre cette histoire, de la déchiffrer, d’en découvrir les subtilités et les symboles, il serait peut-être préférable que je regarde les reproductions d’un livre, parce que ce sont deux temps différents chez moi. Je ne viens pas sur place pour comprendre les mystères d’une fresque ou d’un tableau. Je suis là pour en ressentir l’immédiate présence, pour me sentir happé par l’œuvre telle que l’a conçu son auteur, l’acte intellectuel est pour plus tard, dans le second acte. Ce second acte est un acte de décomposition de l’instinct, un acte élaboré dans lequel on se questionne et on questionne l’œuvre dans sa relation de dépendance à notre perception.


Florence - Baptistery San Giovanni (interior) in Florence

Donc, pour moi, le livre est un support qui vient aider la compréhension. Et puis soyons honnête, il y a toujours quelque chose qui nous perturbe quand on est sur place. Trop de monde, trop de bruit, et puis la plupart du temps on doit circuler, ne pas rester là sur place, surtout pas, il faut qu’il y en ait pour tout le monde. La barbe.
Chacune des deux actions est donc décorrélée et se suffit à elle-même. Et jusqu’à il y a peu, je pensais qu’on pouvait facilement se passer de l’un ou de l’autre. Jusqu’à ce que j’aille voir les deux expositions Canaletto(4). En réalité, je m’en suis surtout rendu compte lorsque j’ai ouvert les deux catalogues que j’ai achetés (oui, je sais, c’est cher les livres) et que je me suis aperçu que les reproductions, malgré leur indéniable qualité et définition, n’étaient que les reflets assez pâles de ce que je venais de voir. Et là, rien ne pouvait venir contredire cela. Sur les tableaux de Canaletto, on peut voir les petites gouttes de peinture qui font les visages, les volutes florales des décors des immeubles enroulées avec grâce, les caches que le peintre a utilisé pour délimiter les à-plats de couleurs, bref, tout ce qu’on ne voit pas sur la reproduction du livre.
Après, il y avait tellement de monde, notamment à Jacquemart-André, que j’ai cru que j’allais craquer et finir par écraser quelques pieds. Impossible de se planter devant un tableau et d’attendre qu’il se révèle. Car c’est comme ça que ça fonctionne. Difficile sur un livre de se laisser édifier par une œuvre monumentale ou simplement un portrait grandeur nature. De temps en temps, l’opération intellectuelle se fait sur place et prend l’allure d’une épiphanie, d’une quasi révélation. C’est ce qui m’est arrivé devant L’escalier des Géants du Palazzo Ducale, un pur moment de grâce. A un moment donné, le tableau s’est érigé devant moi comme s’il sortait de terre. Étrangement, même les plus grands tableaux de Canaletto peuvent être regardés de près, c’est ce qui fait la puissance de ces vedute.

L’escalier des Géants du Palazzo Ducale
(La Scala dei Giganti in Palazzo Ducale)
1755-1756 - 174 x 136 cm

Alors je me suis demandé si quelque chose pouvait remplacer l’exposition, l’exhibition de ces œuvres réunies en un seul endroit pour extraire l’essence d’un style, d’un peintre, d’une époque. Je serais tenté de dire que ça dépend. Imaginez vous face au fronton de l’abbatiale de Conques (déjà, il faut y aller en Aveyron…) et pour un œil non exercé, tenter d’en découvrir tous les symboles cachés peut mettre du temps, alors que si vous êtes dans votre salon armé d’une belle reproduction, les choses peuvent vous apparaître plus simplement. Évidemment, se dire aussi qu’on ne verra pas tous les jours tel ou tel tableau est un encouragement pour se déplacer aux expositions. Untel vient du musée de l’Ermitage, untel des collections privées du Duc de Northumberland, untel des collections du Prince de Liechtenstein, un carnet de note du peintre qui ne sort que pour la deuxième fois dans une exposition publique… Rien que ça invite à faire le déplacement.

Alors j’en prends mon parti à présent. Si le temps me le permet et si les conditions in situ ne sont pas trop désagréables, je me laisse saisir par l’œuvre. Sinon, je repère ce que je souhaite approfondir et je me dis que je m’en sortirai avec la reproduction, quitte à transformer mes appartements privés en bibliothèque d’art…

Notes :
(1) Séraphins, Chérubins, Trônes, Dominations, Autorités, Puissances, Principautés, Archanges et Anges, selon la Hiérarchie Céleste du Pseudo-Denys l’Aréopagite (490)
(2) Santa Marie del Fiore (Sainte-Marie de la fleur)
(3) Sensation du redoutable introduite dans la religion par le protestantisme, numineux de la psychanalyse, notion développée chez Mircéa Eliade, Le sacré et le profane, Paris, Gallimard, 1957.
(4) Canaletto à Venise, Musée Maillol, 59, rue de Grenelle (VIIe). Jusqu’au 10 février 2013.
Canaletto-Guardi, Musée Jacquemart-André 158, boulevard Haussmann (VIIIe). Jusqu‘au 14 janvier 2013.

Note de bas de page : ceci est mon 500ème billet sur ce blog

Le phallus de l’abri Blanchard

Au travers des différentes lectures, compte-rendus de fouilles ou articles de revues décortiquées ces derniers temps, je me suis rendu compte que la présence de phallus dans les abris notamment de la Dordogne était beaucoup plus réduite que celle des vulves.

Bien évidemment, il existe certainement des sources fiables permettant d’en faire le descriptif et d’en décrire l’utilité ou la fonction, mais dans le domaine des représentations sexuelles, on trouve des choses très diverses qui parasitent les interprétations.
Alors on peut se demander, pourquoi plus de vulves que de phallus ? Poursuivre la lecture

Les vulves de l’abri de la Ferrassie

Parmi les premières représentations graphiques qu’on peut trouver datant de l’Aurignacien, on assiste à la naissance d’un art de représentation avec la présence de vulves gravées dans des blocs ou directement sur la parois. Parfois associées à la présence d’un phallus, quelque fois à un animal comme dans l’abri de la Ferrassie en Dordogne. On verra dans ces gravures des représentations de la fertilité ou plus simplement de la conscience de la différenciation sexuelle. Jusque là, rien d’exceptionnel dira-t-on. Poursuivre la lecture

Dictionnaire des antiquités romaines et grecques

Je me suis offert le dictionnaire des antiquités romaines et grecques d’Anthony Rich pour seulement 15€. Un gros livre de 760 pages plein d’illustrations, une mine iconographique pour retrouver facilement tous les termes compliqués liés à ces deux segments de l’histoire de l’art.
C’est un fac-similé d’une édition datant de 1883. Comme on dit, c’est dans les vieux pots…

Citoyen croqueur

Mon coup de cœur du moment, ce sont les carnets de Marc Taro Holmes qu’il remplit de superbes aquarelles aériennes, très légères, exploitant l’ombre et la lumière sous un trait parfaitement fin, discret qui donne à voir ce qui est l’essentiel d’une représentation. C’est avec ce genre de croquis qu’on comprend à quel point on n’a pas à s’embarrasser du détail et que les deux seules choses qui comptent, c’est le trait et la lumière. Et une bonne dose de patience aussi.

http://citizensketcher.wordpress.com/

L’art et le voyage

Mercredi soir s’est achevée mon année de cours d’histoire de l’art à l’Ecole du Louvre. J’ai failli me réinscrire dès lors que les inscriptions ont été rouvertes, mais ça n’aurait pas été raisonnable, la plupart des cours de l’année prochaine étant assurés par les mêmes intervenants. Beaucoup de redites en vue, beaucoup de temps à mettre à disposition pour autre chose. C’est un peu douloureux, une époque qui se termine. Mais j’y reviendrai certainement, dans quelques années. Et même si aller à Paris tous les mercredi soirs en scooter était parfois un peu dangereux, même si j’ai eu parfois très froid, à tenter de mettre mes vêtements contre le vent alors même que le vent me cassait les doigts, je me suis incroyablement amusé à voir la Concorde de nuit, la rue du Faubourg Saint-Honoré et son spectacle permanent, la rue de Rivoli qui est décidément, selon moi, la plus belle rue du monde avec la régularité sans faille de ses arcades, ses lampadaires, ses trottoirs hauts et son incroyable rectitude, pour ne pas dire rigidité. Pendant toute année, j’ai vu ce quartier de Paris que j’adore, non parce qu’on y trouve — tout n’y est qu’artifices — mais pour son harmonie, l’impression de calme qui s’en dégage malgré la circulation très intense, il y est facile de s’en abstraire, de nuit ou de jour, et je me suis imprégné de ces lieux au point que désormais, je risque d’avoir du mal à m’en défaire.
J’ai adoré la plupart de ces cours, la qualité de l’intervention était presque à chaque fois exceptionnelle. Je me souviens avoir particulièrement aimé celles de Marc Étienne sur l’Égypte, Béatrice Quette sur la Chine, Thierry Zéphir sur l’Inde et le Cambodge et surtout ! surtout Arnauld Bréjon de Lavergnée sur la peinture en France et en Italie. Le seul cours fait avec de vraies diapositives, à l’ancienne, parce que dit-il, rien ne vaut la définition d’une bonne vieille diapo. Cet homme parle sans note, déroule son cours comme une belle histoire, vous parle de Caravage, de Poussin ou de Vouet comme s’il les avait connus et ne s’embarrasse pas sur les formes en engueulant les retardataires qui font du bruit…

J’ai profité de ces soirées sur place pour sillonner les rayons de la librairie du Louvre. J’ai dépensé beaucoup d’argent et j’en ai ramené quelques dizaines de bouquins, et pas que des petits. Je me suis constitué un bibliothèque impressionnante de livres fascinants sur l’art et sur l’histoire. Plus que jamais je me rends compte à quel point on ne peut étudier l’art sans l’histoire pour comprendre le contexte dans lequel les œuvres ont été produites, de la même manière qu’on ne peut étudier l’art sans connaître ses opérateurs, les artistes, et ses commanditaires. Difficilement également de tenter de comprendre l’art sans avoir quelques notions de mythologie et de théologie, vu que ce sont les principaux thèmes de la peinture comme de la sculpture… Idem pour l’épigraphie. Cette spécialité de l’art est incroyablement utile pour la compréhension de l’histoire de l’art. Tout ceci, je l’ai compris au fur et à mesure de mes achats, alors j’ai continué d’acheter, une bonne centaine de livres, de quoi tenir un siège.
Et je ne me suis pas contenté de ça. J’ai également acheté quelques livres sur le voyage et des guides. De quoi occuper quelques centimètres sur mon rayonnages. C’est à peu près tout ce qui m’intéresse aujourd’hui. L’art et le voyage. Rien d’autre. Si je n’étais pas autant retenu par les contingences et le séculier, je me retirerais au prieuré de Ganagobie pour me consacrer aux choses de l’esprit pendant quelques temps. Lire, dormir, réfléchir, écrire, écouter l’orage gronder dans la vallée, scruter la pierre… pendant que les autres s’amusent et vivent. Cette perspective m’excite presque. Je dois être un peu barré, mais je crois que personne n’en doute plus. Finalement, j’ai trouvé la porte de sortie. J’ai du mal à tenir en place, j’ai du mal à rester là à ne rien faire si ce n’est pas pour me consacrer intégralement à ce que j’aime, alors pour contourner le problème, j’ai décidé de m’envoler…

Istanbul - avril 2012 - jour 1 - 023- en vol

Le premier sourire de la peinture : portrait d’homme par Antonello da Messina

Voici un très beau tableau d’un peintre du XVème siècle italien qui toute sa vie resta dans sa ville natale de Messine. Antonello da Messina est un peintre majeure, à l’origine de certaines des plus belles peintures de la Renaissance comme Le Condottière ou une Annonciation datant de 1475. Le portrait d’homme, connu également sous le nom de l’homme qui rit, datant de 1470, a cette particularité d’être le tout premier portrait depuis l’antiquité sur lequel le sujet est clairement en train de sourire ; une audace folle dans une société où la religion condamne ce genre de pratiques dans les représentations commanditées. Poursuivre la lecture