Ares I-X

Aujourd’hui, personne ne parle plus des engins qu’on envoie dans l’espace. A part le Boston Globe avec de superbes images du lancement d’Ares I-X le 28 octobre dernier.

Lancement d'Ares I-X sur le site du Boston Globe

L’épopée désastreuse du Wasa

Le Wasa était un vaisseau splendide, dont la carcasse repose aujourd’hui dans un musée (le Vasamuseet) sur une île non loin de Stockholm, Djurgården. Après une longue période d’oubli, il a été renfloué en 1961 et fait désormais l’objet d’un véritable culte national en Suède, mais l’intérêt de cette trouvaille réside principalement dans le fait que tous les objets qui y furent trouvés constituèrent une mine de renseignements incroyable sur la vie de l’époque ; le Wasa a été construit en 1628, sous le règne du Roi Gustave II Adolphe de Suède. Si le Wasa attire autant, c’est parce que pour l’époque, c’était le plus gros navire armé, orné de centaines de sculptures et de vives polychromies dont on trouve encore des traces aujourd’hui.
Le 10 août 1628, le capitaine Söfring Hansson ordonne de mettre le cap vers Älvsnabben pour le voyage inaugural. Le temps est calme. Les sabords (ouvertures par lesquelles les gueules des canons pointent) sont ouverts, et les canons chargés tirent pour saluer le port de Stockholm. Dès qu’il quitte la partie abritée du port, une rafale de vent le fait s’incliner dangereusement. Une seconde rafale force à nouveau le navire sur bâbord et une voie d’eau se fait par les sabords inférieurs encore ouverts. Le navire sombre à une profondeur de 32 m à 120 m du rivage.
Le Wasa n’aura en tout et pour tout navigué qu’une seule journée, la faute à un manque cruel d’expérience de la part de ses concepteurs qui ont rajouté un pont supérieur et des canons trop lourds pour ce type de structure, surélevant son centre de gravité de manière absurde.
Il n’aura jamais connu la mer et dans un certain sens tant mieux, car la plupart des survivants ont réussi à sauver leur peau en nageant jusqu’à la rive toute proche.

Le Wasa - vue de la poupeLe Wasa

La légende de Saint-Amadour, ou Zachée le dévoué

Au cœur de département du Lot se trouve un des sites de France les plus visités avec le Mont Saint-Michel et la Tour Eiffel. La situation exceptionnelle de Rocamadour rend cette ville spectaculaire et le touriste ne s’y trompe  guère il afflue en masse, en famille, vers cette petite cité accrochée au roc et compte bien y trouver son compte de restaurant de spécialités du sud-ouest et bibeloteries des plus vulgaires. Le touriste aime ça, et moi je déteste le touriste, alors comme souvent, tel un chat noir, je me faufile dans les rues lorsque la nuit tombe et toujours, la vie prend un autre tournant, je me fonds dans l’ombre.

Rocamadour, les sanctuaires

Je suis arrivé à Rocamadour un soir du mois d’août, sur le versant face à la petite ville, au lieu-dit L’Hospitalet, certainement un des lieux les plus laids de tout l’univers, complètement phagocyté par le restaurant panoramique et la cabane à souvenirs, à vaisselle imprimée et napperons.
Rocamadour n’est pas de ces endroits qui se laissent traverser comme ça, comme un pic en bois traverserait une saucisse cocktail, Rocamadour se mérite ; il faut déposer sa voiture près de la rivière Alzou et prendre le temps de monter quelques volées de marches en pierre avant d’arriver dans la rue principale et s’emparer de cette cité millénaire. Arpenter la rue centrale, ponctuée des portes Basse, Hugon, du Saumon et du Figuier tandis que le ciel se couvre de nuages d’orage, menaçants et que les échoppes ferment leurs portes, laissent place à une vie nocturne, c’est un peu comme si l’on entrait dans une Cour des Miracles . Le décor bascule, le vernis craque et Rocamadour se dévoile dans ses habits de ténèbres.

Durandal

L’épée Durandal

Vus d’en bas, les sanctuaires s’illuminent avec la nuit tombante et les centaines de marches que les pèlerins montent sur les genoux sont autant de degrés spirituels, de lumière, montant vers le saint des saints, les sept chapelles votives. Ce soir là, c’est exceptionnel, un cycle de conférence à l’intérieur des sanctuaires laisse la porte ouverte aux chapelles, qui en plus d’être illuminées de l’extérieur sont éclairées à l’intérieur, laissant ainsi voir dans le silence et le calme des trésors dans une lumière dorée frisant la magie. Après avoir monté les marches et s’être faufilé dans un dédale de rues dont les enseignes sont parfaitement closes, on arrive aux portes des sanctuaires.
Rocamadour est une ville mariale sur la route de Saint-Jacques de Compostelle et sa construction reflète parfaitement la société féodale ; les chevaliers dans le château, tout en haut, les religieux juste au-dessous dans les sanctuaires et le peuple tout en bas. Je me fais la réflexion qu’un jour, ne serait-ce que pour découvrir les plus beaux sites de cette Europe occidentale, il faudrait que je bourlingue sur les pas de Santiago.
La situation exceptionnelle du lieu a donné naissance, dès 1105, à une chapelle construite à flanc de falaise ; les chapelles fleurissent souvent dans des endroits improbables. Le lieu est alors dénommé “Rupis Amatoris”, le rocher de l’amant (amator) et la vie religieuse prend racine. Le pèlerinage en l’honneur de Marie fait fureur et occasionne des donations qui font prospérer le lieu ; la statue de la vierge noire qui y repose date de la fin du XIIè siècle, et Henri II Plantagenêt y vient pour remercier Marie après sa guérison. C’est alors qu’en 1166, en creusant le sol pour y inhumer un simple habitant, on découvre un corps en parfait état de conservation ; la légende prend comme une traînée de poudre, c’est certainement le corps de Saint-Amadour, autrement connu sous le nom de Zaccheus, ou Zachée (et là attention, parce qu’il va vous falloir plonger dans les plus vieilles hagiographies). Zachée est réputé être l’époux de Sainte Véronique, celle-là même qui sur le chemin de croix du Christ lui épongea le visage d’un morceau de tissu, le fameux voile de Véronique que se disputent Rome, Milan et Jaén en Espagne. Cette histoire n’est pas relatée dans le Nouveau Testament mais on retrouve dans les Evangiles synoptiques l’histoire d’une femme du nom de Bérénice (Véronique signifiant vraie image — vera icona) qui serait la femme «hémoroïsse» sans nom miraculeusement guérie d’hémorragies chroniques en touchant le vêtement de Jésus.
Après la mort de son épouse, Zachée se retire à Rocamadour et y meurt après avoir vécu des années en ermite. On lui aurait donné le surnom de Amator — Amadour — l’amant ou le dévoué.

Je souris à l’évocation de cette histoire car on peut voir le tombeau où reposait ce corps au pied d’un des sanctuaire collé à la falaise et j’ai pris en photo ce lieu sans savoir qu’à ce même endroit se trouvait également un objet légendaire de première importance ; l’épée de Roland, Durandal, coincée dans la roche (et pieusement attachée à une chaîne) par l’Archange Saint Michel juste après la mort du célèbre paladin à Roncevaux, selon la légende (j’apprends avec stupéfaction que Durandal n’est autre que la traduction littérale de Roncevaux en flamand).

Rocamadour a une histoire ancienne, mais telle qu’on peut la voir aujourd’hui, elle est le fruit d’une volonté farouche d’une poignée d’homme qui au milieu du XIXè siècle firent leur possible pour rendre à la ville mariale son éclat d’autrefois, après avoir été ravagée par les famines, les guerres et les pillages tout au long de son histoire.

Complètement rompus par la fatigue et le temps orageux, nous redescendons de la ville par là où nous l’avons pénétrée, jusqu’à la rivière. Rocamadour n’est pas une ville qu’on traverse, la route qui vient de la Porte du Figuier, l’entrée de la ville et qui passe par la Porte Basse (photos 6 et 7 du diaporama) mène sur des champs… Il est tard, la vallée est illuminée ponctuellement par les éclairs qui déchirent le ciel. Rocamadour ville magique ferme ses portes sur un jour particulier, un jour comme je ne pensais pas pouvoir en vivre. En partant, je regarde à nouveau derrière moi et j’ai une pensée émue pour le curé de Rocamadour qui vit dans son presbytère (photo 28), dont les fenêtres sont perchées au-dessus du vide… Et je lui souhaite malgré tout, une bonne nuit.

Mines de Naica

Naica est une petite bourgade de la province du Chihuahua au Mexique et sous la surface de son sol se trouve un réel bijou de la nature. Situées au-dessus d’une intrusion de magma, les mines, déjà exploitées depuis longtemps, ont révélé il y a neuf ans de cela les galeries contenant les plus gros cristaux de gypse (sélénite) découverts sur terre à ce jour. Le plus imposant d’entre eux mesure plus de 11 mètres de long et pèse 55 tonnes.

naica

Ce qui a rendu possible ces immenses concrétions, c’est la présence conjuguée de plusieurs paramètres. Le fait que les excavations se trouvent sur une intrusion magmatique a surchauffé à plus de 55°C pendant des milliers d’années ces galeries normalement remplies d’eau — laquelle a été vidée pour permettre l’exploitation de la mine et sera réintroduite dès lors qu’elle sera rendue à la nature — fortement chargée en minéraux (des carbonates de calcium et des sulfures) et surtout, sous une pression énorme (environ 30 bars). Un site superbe que les exploitants s’efforcent de conserver.

Sarlat-la-Canéda, ville d’ocre

Engoncée au cœur d’une vallée, Sarlat (Sarlat e La Canedat en occitan — nous sommes ici évidemment en pays d’Oc), capitale du Périgord Noir, est une petite ville médiévale qui a su conserver en son cœur l’esprit de ces places fortes, fortement religieuses et foncièrement riches. J’avais des souvenirs très précis de cette ville, la maison natale d’Etienne de la Boétie qui en fut maire, la lanterne des morts, l’Eglise Saint-Sacerdos, L”Eglise Sainte-Marie qui n’a plus rien d’un église mais fait désormais office de marché couvert grâce à la reconversion opérée par Jean Nouvel, un autre enfant du pays, mais je ne me souvenais plus à quel point c’est un dédale de rues sombres et étroites dont on imagine aisément que la plupart devaient être de véritables coupe-gorge la nuit venue.

sarlat-019

Le jour où j’étais à Sarlat, c’était une belle journée comme on en fait dans le Sud-Ouest, chaude, très chaude ; la température était de 38 ou 39°C, je ne sais plus bien, et en déambulant au hasard dans le ville, nous cherchions avant tout l’ombre et l’air qui avait définitivement quitté les lieux. Ce qui m’a frappé avant tout, c’est la couleur de cette ville, d’un ocre jaune inscrit sur tous les murs et la présence ponctuelle et bienvenue d’espaces verts au beau milieu de ce milieu fortement minéral et sec, ici une glycine formant une tonnelle immense, là des catalpas ombrageant une place en espaliers… Derrière les échoppes à touristes se déroule une vie calme dans les arrière-cours et les jardinets, les ruelles qui semblent parfois désertées par tout forme de vie, comme on peut le voir à Bruges ; l’impression d’une façade, d’un décor de carton pâte inhabité.

Mes photos sur Obsidienne et les mêmes, un peu plus grandes, sur Flickr.
Localisation sur Google Maps.

Sous le sol de Padirac

Arriver à Padirac a quelque chose de folklorique. C’est un tout petit village du département du Lot de 168 âmes au cœur de la Causse de Gramat, dans le Quercy. Des rochers affleurent partout dans ce paysage sec, parcouru par les moutons.
La route est une succession de petits villages après Souillac, où le ciel se déchire tout à coup en une immense zébrure blanche, dans un fracas assourdissant qui roule parmi les montagnes environnantes. Lorsque nous dépassons Padirac en suivant les panneaux d’indications, nous finissons par arriver dans une sorte de cul de sac entouré de parkings immenses, me donnant tout à coup l’impression de me retrouver à proximité d’un centre commercial. Il fait une chaleur lourde, vraiment assommante et se dire qu’on a fait tant de kilomètres pour arriver dans un parc d’attraction rajoute à une sorte de déception que la fatigue de la route entretient, mais il est tard, 17h30 et ce qui avait dû être une queue digne d’un supermarché soviétique laisse présumer que je n’attendrai pas plus d’un quart d’heure. J’y vais quand même, je n’ai pas fait toute cette route pour abandonner si près du but ; je veux que mon fils puisse voir ça.

Padirac

Un type me donne un tape sur l’épaule et me tend deux billets qu’il a trouvé par terre et qui n’ont pas été validés. Je souffle un peu en me disant que je vais tout de même économiser 18 euros. Je m’avance vers le gouffre avant d’y entrer et ce que je vois me donne des sueurs froids. On dit que lorsqu’il fait chaud, on est plus sensible au vertige. Je suis venu ici quand j’étais adolescent avec mes grands-parents, mais étonnamment, j’ai des souvenirs plus présent des Eyzies ou de Sarlat ou même Collonges-la-Rouge que de ce lieu pourtant unique en son genre.

coupe du gouffre

Nous prenons les escaliers pour descendre et tandis que nous progressons, je suis tout à coup pris d’une atroce crise d’angoisse, m’imaginant que la tour d’aluminium est en train de se dévisser à cause des vibrations. Enfin arrivés en bas, je découvre un monde végétal vivant à 70 mètres sous terre, dans l’ombre et l’humidité poisseuse, et deux grandes ouvertures béantes plongeants de chaque côté de cette immense anfractuosité de la terre. La galerie principale commence ici et l’on se dirige pendant une bonne centaine de mètres dans une galerie à sec où le plafond s’éloigne de plus en plus de la surface du sol jusqu’à un quai dans lequel on embarque pour parcourir le reste par la voie des eaux. La profondeur varie entre 1 et 5 mètres et la température de l’eau, même par cette chaleur de surface, ne dépasse pas les 10°C. Nous rejoignons le quai d’arrivée et nous sommes désormais à 105 mètres de profondeur.
La visite se poursuit avec un spectacle de toute beauté. Un colonne stalactitique de 75 mètres de haut ayant terminé sa croissance, des gours (sortes de barrages calcifiés retenant un eau d’une pureté quasiment absolue), un couronne de stalactites écrasés comme des crêpes située sous un dôme de 94 mètres de haut (la vitesse de chute des gouttes d’eau explique cette forme étonnante), et cette sensation de grandeur souterraine comme on peut en ressentir dans les cathédrales les plus grandes (au sommet du dôme, il ne reste plus que 9 mètres jusqu’à la surface du sol).
Cette salle du grand dôme est littéralement splendide, d’une beauté à couper le souffle. J’apprends également que dans cette cavité naturelle, dans sa partie immergée, vit une espèce endémique de crevette, ridiculement petite et au comportement approchant celui des êtres abyssaux.