Des­crip­tion de l’u­ni­vers, par Allain Manes­son Mal­let [1683]

Allain Manes­son Mal­let, géo­graphe et mili­taire, plus mili­taire que géo­graphe et grand spé­cia­liste de polior­cé­tique, est l’au­teur d’une des­crip­tion de l’u­ni­vers (rien que ça) en cinq énormes volumes d’un carac­tère par­ti­cu­lier puis­qu’elle n’a été réa­li­sée qu’à par­tir d’autres récits de géo­graphes et de livres dont les sources étaient déjà obso­lètes lors­qu’il les col­lec­ta, sans le savoir. Cette édi­tion de 1719, tra­duite en alle­mand à Frank­fort est impri­mée en lettres gothiques du plus bel effet et com­porte de très belles cartes illus­trées et de mul­tiples gra­vures, sou­vent fausses et drôles mais d’une grande qua­li­té gra­phique pour l’é­poque.

Read more
Deux poèmes de Labîd ibn Rabî’a

Deux poèmes de Labîd ibn Rabî’a

Deux poèmes

de Labîd ibn Rabî’a

Labid ben Rabi’a (لَبيد بن ربيعة بن مالك أبو عقيل العامِري) est un poète pré-isla­mique qui a chan­té au tra­vers de ses poèmes la beau­té de sa terre natale, l’A­ra­bie, et la cou­rage et la valeur de sa tri­bu, les Beni’A­mir ben Sa’­sa’a. Né en 560 et mort en 561, il est un des sept poètes clas­siques dont les mots ont ser­vi à orner les mu’al­la­qât (la tra­duc­tion lit­té­rale est : “sus­pen­dues” car elles étaient sus­pen­dues à la Ka’­ba de La Mecque).

Sèche, enso­leillée, aride, féroce,
sublime et belle dans les roches noires,
blonde de sables doux et de terre,
telle est l’île immense
que les dieux nous ont don­née : un grand tré­sor.

Carte du monde connu par Muham­mad Al-Idrīsī,
extraite du Livre de Roger, orien­tée avec le sud en haut et la pénin­sule ara­bique cen­trée.

Lions, hyènes et loups,
et léo­pards et pan­thères
nous donnent leur peau :
le dat­tier, l’en­cens, le tama­ris,
sou­tiennent la vie, et le gre­na­dier
colore nos rêves, et la rosée
arrête la lumière de la lune. A vous
j’offre la vie et, avec amour, ce chant
parce que ma tri­bu
est la plus glo­rieuse et la plus grande.

Al Idris­si ou Al-Idrīsī ou encore Cha­rif Al Idris­si, de son nom com­plet Abu Abdal­lah Muham­mad Ibn Muham­mad Ibn Abdal­lah Ibn Idriss al-Qur­tu­bi al-Has­sa­ni (arabe : أبو عبد الله محمد ابن محمد ابن عبد الله ابن ادريس القرطبي الحسني), connu aus­si sous le nom latin de Dreses, est un géo­graphe et bota­niste anda­lous, né à Ceu­ta vers 1100. Il a gran­di à Cor­doue, et serait mort vers 1165. Il doit sa renom­mée à la rédac­tion d’un ouvrage de géo­gra­phie des­crip­tive inti­tu­lé Kitâb Nuz­hat al Mush­tâq ou Kitâb Rud­jâr ou Le Livre de Roger. Ce livre fut rédi­gé à la demande de Roger II, roi nor­mand de Sicile, pour illus­trer et com­men­ter un grand pla­ni­sphère en argent construit par Al-Idrīsī, qui est pro­ba­ble­ment mort en Sicile, à cause d’une pro­bable inter­dic­tion de reve­nir dans sa ville natale où il était consi­dé­ré comme un rené­gat au ser­vice d’un roi chré­tien comme Roger II. (article Wiki­pe­dia)

Article de Saa­dane BEN­BA­BAA­LI : Les Mu‘allaqât et autres poèmes arabes pré­is­la­miques : autour des tra­duc­tions de Pierre Lar­cher sur le site Lit­té­ra­ture et culture arabes

Par­fois je blogue…

Ubud sto­ries #10 : Pura Tir­ta Empul à Tam­pak­si­ring

Ubud sto­ries #10 : Pura Tir­ta Empul à Tam­pak­si­ring

Il faut envi­ron une demi-heure pour relier Goa Gajah à la ville de Tam­pak­si­ring où se trouve le lieu le plus emblé­ma­tique et cer­tai­ne­ment le plus connu de Bali. Nous sommes ici dans le vil­lage de Manu­kaya où l’on trouve ce lieu étrange et envoû­tant que sont les sources sacrées du Pura Tir­ta Empul (lit­té­ra­le­ment, temple des eaux sacrées).

Ubud sto­ries #9 : Goa Gajah, la cave de l’é­lé­phant

Ubud sto­ries #9 : Goa Gajah, la cave de l’é­lé­phant

Le som­meil, le manque cruel de som­meil avec la fatigue du voyage encore pré­sente. Voi­là com­ment com­mence cette nou­velle jour­née. J’ai les cuisses endo­lo­ries, le front rou­gi par le soleil et le nez rous­si. Mais cela n’entache pas ma bonne humeur, bien au contraire. Ces petites contra­rié­tés font elles aus­si par­tie du voyage, elles vous rap­pellent que vous avez un corps et que vous ne pou­vez faire autre­ment que de le traî­ner der­rière vous comme un sac à patates.

Ubud sto­ries #8 :  Puri Saren Agung, le palais d’U­bud

Ubud sto­ries #8 : Puri Saren Agung, le palais d’U­bud

Puri Saren Arung. Un autre nom de la belle langue indo­né­sienne pour dési­gner ce qu’à peu près on désigne en anglais sous le nom de “Ubud Palace”. C’est un endroit qui donne sur la rue prin­ci­pale (Jalan Raya Ubud) et on peut réel­le­ment dire que c’est le cœur d’une ville dont on a du mal à voir les contours.

Et si on se par­lait ?

Read more

Le cours du fleuve Mis­sis­sip­pi comme un ruban, et autres rubans…

On me rap­pelle à l’ordre en m’in­di­quant une autre carte du Mis­sis­sip­pi dont j’a­vais déjà par­lé sur un ancien blog, dis­po­nible sur le site Pru­ned, un blog à la gloire pas­sée. Cette carte est un rele­vé topo­gra­phique de la grande val­lée allu­viale datant de 1944. Dans cette ver­sion aux cou­leurs cha­toyantes, elle est éga­le­ment dis­po­nible super­po­sée à une image satel­lite et mise à l’é­chelle sur ce site.

(more…)

Read more

Le cours du fleuve Mis­sis­sip­pi comme un ruban

Datant de 1866, cette carte mesure 7 cm de large sur 3,30 m de long, et repré­sente le cours détaillé du fleuve Mis­sis­sip­pi (le père des eaux en algon­quin), depuis sa source à Saint-Louis jus­qu’au del­ta de la Nou­velle Orléans. Conser­vée à la Libra­ry of Congress, elle a été fabri­quée par Colo­ney, Fair­child & Co., une entre­prise de car­to­gra­phie qui s’est spé­cia­li­sée dans les cartes “ruban”.

Read more

Les licornes du cos­mo­graphe

Je songe aux aver­tis­se­ments que for­mu­lait, dès 1618, Pierre Ber­tius, cos­mo­graphe du Roy Très Chres­tien. « La froi­dure y est indomp­table… et… en tue plu­sieurs. L’hi­ver y dure neuf mois sans plou­voir… Les plus riches se défendent… par le feu ; les autres par se frot­ter les pieds et les autres par la cha­leur des cavernes de la Terre. Tout ce pais est plein d’ours cruels avec les­quels les habi­tants ont une guerre conti­nuelle. Il y aus­si… si ce qu’on dit est vray, des licornes. Tous tiennent qu’il y a des hommes pyg­mées… Les pyg­mées ont, paraît-il, une forme humaine, che­ve­lus jusques au bout des doigts, bar­bus aux genous, mais brutes sans parole et sans rai­son, sif­flant à la façon des oyes… »

Rap­por­té par Jean Malau­rie, in Les der­niers rois de Thu­lé
(édi­tion de 1989)

Carte de Pierre Ber­tius, Ter­ra Novae

Read more