Au creux des reins de cette période sensuelle qu’est le Moyen-Âge se nichent des hommes qui avaient le don des belles choses et qui ont passé leur vie à employer leur don exceptionnel pour le dessin et la peinture afin d’illustrer la vie de leur époque, les événements qui ont marqué l’histoire et les récits et les hauts-faits des Grands Hommes. Concrétion des arts graphiques de cette période qu’on appelle la Première Renaissance, l’Enluminure recèle toutes les splendeurs et les plus belles techniques d’une période plus romantique qu’il n’y paraît. Les instruments et les couleurs eux-mêmes sont porteurs de noms fantasmatiques ; calame, vélin, lettrine, sépia, azurite et orpiment…
Voici un tour d’horizon des plus belles œuvres et des plus grands faiseurs de lumière de cette forme d’art graphiquement et naturellement haute en couleurs.

Jean Fouquet

Certainement le plus grand et le plus prolifique, on considère Jean Fouquet plus comme peintre qu’enlumineur, il est également émailleur et vitrailliste et laisse derrière lui un important témoignage qui permet notamment de retrouver le visage de l’époque de nombreux monuments parisiens, comme le Louvre de Charles V, les fortifications de l’enceinte ou l’île de la Cité. Il est l’auteur des Heures d’Étienne Chevalier, une œuvre qui ne s’embarrasse pas de fioritures et qui pour la première fois prend toute la page, mais également des Grandes Chroniques de France et des Antiquités Judaïques.

D’autres œuvres de Jean Fouquet sur Wikimedia.

Jean Bourdichon

Également artiste complet, Jean Bourdichon est né quelques années après Fouquet. Il est l’auteur des très belles Grandes Heures d’Anne de Bretagne. C’est un naturaliste qui prend un soin extrême à dessiner végétaux et animaux, mais rend également les carnations avec des couleurs très sensuelles.

Willem Vrelant

Un des plus important enlumineurs des Pays-Bas, il est très actif, notamment à la cour de Philippe Le Bon, mais l’attribution d’œuvres à son nom reste parfois problématique.