Beowulf est un monument de la littérature anglaise. Venu du fond des âges, c’est un des plus anciens témoignages de la poésie anglo-saxonne, d’une époque ténébreuse à cheval entre la tradition scandinave et les premières heures du christianisme outre-manche. Le drame de cette œuvre est qu’il n’en reste plus qu’un témoignage remontant à ses origines, aux environs du Xème siècle, mais qui est fortement endommagé suite à l’incendie en 1731 de la bibliothèque de son propriétaire, Sir Robert Bruce Cotton ; il ne reste plus aujourd’hui que quatre feuillets, dont la première page du Cotton MS Vitellius A XV. On trouvera ici une traduction en français, pas la meilleure malheureusement, par Léon Botkine en 1877. Beowulf a par ailleurs été longuement étudié par J.R.R. Tolkien qui n’a pas hésité à s’en servir pour écrire Le Seigneur des Anneaux. J’ai trouvé une partie de la très belle version illustrée de Beowulf par le dessinateur belge Mark Severin en 1954, que je reproduis ici.

Beowulf (1) - illustration par Severin - 1954

Hwæt! We Gardena         in geardagum,
þeodcyninga,         þrym gefrunon,
hu ða æþelingas         ellen fremedon.
Oft Scyld Scefing         sceaþena þreatum,
monegum mægþum,         meodosetla ofteah,
egsode eorlas.         Syððan ærest wearð
feasceaft funden,         he þæs frofre gebad,
weox under wolcnum,         weorðmyndum þah,
oðþæt him æghwylc         þara ymbsittendra
ofer hronrade         hyran scolde,
gomban gyldan.         þæt wæs god cyning!
ðæm eafera wæs         æfter cenned,
geong in geardum,         þone god sende
folce to frofre;         fyrenðearfe ongeat
þe hie ær drugon         aldorlease
lange hwile.         Him þæs liffrea,
wuldres wealdend,         woroldare forgeaf;
Beowulf wæs breme         (blæd wide sprang),
Scyldes eafera         Scedelandum in.

Beowulf first page

Première page du Cotton MS Vitellius A XV