Beo­wulf est un monu­ment de la lit­té­ra­ture anglaise. Venu du fond des âges, c’est un des plus anciens témoi­gnages de la poé­sie anglo-saxonne, d’une époque téné­breuse à che­val entre la tra­di­tion scan­di­nave et les pre­mières heures du chris­tia­nisme outre-manche. Le drame de cette œuvre est qu’il n’en reste plus qu’un témoi­gnage remon­tant à ses ori­gines, aux envi­rons du Xème siècle, mais qui est for­te­ment endom­ma­gé suite à l’in­cen­die en 1731 de la biblio­thèque de son pro­prié­taire, Sir Robert Bruce Cot­ton ; il ne reste plus aujourd’­hui que quatre feuillets, dont la pre­mière page du Cot­ton MS Vitel­lius A XV. On trou­ve­ra ici une tra­duc­tion en fran­çais, pas la meilleure mal­heu­reu­se­ment, par Léon Bot­kine en 1877. Beo­wulf a par ailleurs été lon­gue­ment étu­dié par J.R.R. Tol­kien qui n’a pas hési­té à s’en ser­vir pour écrire Le Sei­gneur des Anneaux. J’ai trou­vé une par­tie de la très belle ver­sion illus­trée de Beo­wulf par le des­si­na­teur belge Mark Seve­rin en 1954, que je repro­duis ici.

Beowulf (1) - illustration par Severin - 1954

Hwæt! We Gar­de­na         in gear­da­gum,
þeod­cy­nin­ga,         þrym gefru­non,
hu ða æþe­lin­gas         ellen fre­me­don.
Oft Scyld Sce­fing         sceaþe­na þrea­tum,
mone­gum mægþum,         meo­do­set­la ofteah,
egsode eor­las.         Syððan ærest wearð
feas­ceaft fun­den,         he þæs frofre gebad,
weox under wolc­num,         weorð­myn­dum þah,
oðþæt him æghwylc         þara ymb­sit­ten­dra
ofer hron­rade         hyran scolde,
gom­ban gyl­dan.         þæt wæs god cyning!
ðæm eafe­ra wæs         æfter cen­ned,
geong in gear­dum,         þone god sende
folce to frofre;         fyrenðearfe ongeat
þe hie ær dru­gon         aldor­lease
lange hwile.         Him þæs lif­frea,
wuldres weal­dend,         worol­dare for­geaf;
Beo­wulf wæs breme         (blæd wide sprang),
Scyldes eafe­ra         Sce­de­lan­dum in.

Beowulf first page

Pre­mière page du Cot­ton MS Vitel­lius A XV

Tags de cet article: , ,