Les mer­veilles de Jean Pain­le­vé #4 — L’hip­po­campe ou “che­val de mer”

Qua­trième volet des mer­veilles de Pain­le­vé. On passe quelques années et nous voi­ci dans une autre époque ; de la musique et de la voix. Mal­gré un ton un peu aca­dé­mique, ce petit film est plein d’une cer­taine poé­sie, sur­tout quand il s’a­git de ces petites bébêtes pour les­quelles j’ai tou­jours eu beau­coup d’af­fec­tion. Et puis avouez-le, on n’a pas tous les jours l’oc­ca­sion de voir un hip­po­campe par trans­pa­rence.

L’hip­po­campe ou “che­val de mer”
de Jean Pain­le­vé
France/1934/14’23” (more…)

Read more

Les mer­veilles de Jean Pain­le­vé #3 — La daph­nie

Troi­sième volet des mer­veilles de Pain­le­vé avec cette daph­nie qu’on ne connait qua­si­ment que pour ser­vir de nour­ri­ture aux pois­sons d’a­qua­rium. Décou­vrez cette petite bes­tiole fai­sant par­tie de l’ordre des crus­ta­cés, qui se déplace à l’aide de ses antennes, qui n’a qu’un seul œil et qui se fait net­toyer les antennes par des bes­tioles encore plus petites, les infu­soires… La nature est pleine de res­sources…

La Daph­nie
de Jean Pain­le­vé
France/1929/09’28” (more…)

Read more

Les mer­veilles de Jean Pain­le­vé #2 — Les Our­sins

Second volet des mer­veilles de Jean Pain­le­vé avec ces petits our­sins des sables dont les cils bougent dans un mou­ve­ment ondu­lant et dont les organes s’é­brouent dans le cou­rant des marées. Hyp­no­tique à sou­hait, muet, il n’en reste pas moins que c’est une œuvre scien­ti­fique et vous ne res­sor­ti­rez pas de là en igno­rant ce qu’est une tige flexueuse ou un pédi­cel­laire.

Les Our­sins
de Jean Pain­le­vé
France/1929/10’10” (more…)

Read more

Les mer­veilles de Jean Pain­le­vé #1 — La pieuvre

Jean Pain­le­vé, fils du célèbre Paul Pain­le­vé, mathé­ma­ti­cien et Pré­sident du Conseil sous la IIIème Répu­blique, est l’homme qui a don­né ses pre­mières lettres de noblesse au docu­men­taire scien­ti­fique. D’a­bord pris pour une hur­lu­ber­lu dont les méthodes n’a­vaient rien de scien­ti­fique, il per­mit d’ou­vrir la voie à nombre de docu­men­ta­ristes qui lui sont rede­vables. Même lors­qu’ils sont muets, ses films montrent que le par­ti pris est clai­re­ment esthé­tique et une cer­taine poé­sie calme s’en dégage. On com­mence avec celui-ci que j’aime beau­coup, la pieuvre…

La Pieuvre
de Jean Pain­le­vé
France/1928/12′54″
(more…)

Read more

Karl Bar­tos — Live cine­ma

Bar­tos est un nom qu’on n’ou­blie pas, sur­tout lors­qu’il vient se pro­duire à deux pas de chez vous, au centre des arts d’En­ghien-les-bains. Il ne fait pas par­tie du noyau fon­da­teur de Kraft­werk, le groupe pion­nier en matière de musique élec­tro­nique créé par Ralf Hüt­ter et Flo­rian Schnei­der, mais il en est un des membres émi­nents des pre­miers temps.

A l’o­ri­gine de cer­tains de titres les plus connus, on consi­dère sou­vent qu’il est le plus ori­gi­nal de la bande et c’est d’ailleurs ce qui le fera quit­ter la troupe puisque ses visions de la musique était lar­ge­ment plus pro­gres­sistes que celles de deux membres fon­da­teurs. On le voit d’ailleurs bien dans son der­nier spec­tacle puisque s’il y est sou­vent ques­tion de son com­pa­gnon de route Wolf­gang Flür, les images concer­nant les deux autres sont soi­gneu­se­ment évi­tées, lais­sant pré­sa­ger d’un conflit dans lequel il pré­fère cer­tai­ne­ment se pas­ser de cet encom­brant héri­tage. Tou­te­fois, il n’hé­site pas à reprendre sur scène cer­tains des plus grands titres de Kraft­werk — sur­tout lors­qu’il en est le prin­ci­pal ins­ti­ga­teur.

[audio:the_camera.xol]

Le spec­tacle Live Cine­ma qu’a mon­té Bar­tos avec son aco­lyte Mathias Black au mixage est un réel tra­vail de scé­no­gra­phie et de pro­duc­tion d’i­mage, car depuis la dis­so­lu­tion (même si Kraft­werk conti­nue de se pro­duire avec Hüt­ter) du groupe, Bar­tos a conti­nué de publier des albums de son côté, tout en mon­tant un spec­tacle à par­tir des courts-métrages qu’il a réa­li­sé ces der­nières années. On y retrouve cer­tains des titres phares du groupe (Trans Europe Express, Tour de France, Robots, Das Model, etc.) mais éga­le­ment les titres de son album Com­mu­ni­ca­tion, dont The Came­ra, illus­tré super­be­ment par les images de Blow up d’An­to­nio­ni et de Pee­ping Tom de Michael Powell.
Un spec­tacle superbe, réglé au mil­li­mètre, orches­tré par un Bar­tos frin­guant, sou­riant et dont la voix, tou­jours aus­si claire est la véri­table pâte de sa pré­sence auprès du groupe alle­mand pen­dant toutes ces années de suc­cès. Ses réor­ches­tra­tions sont beau­coup plus ryth­mées, on sent le per­cus­sion­niste dans son meilleur œuvre. Du début à la fin, tout glisse, rien n’ac­croche, jus­qu’au final où les salu­ta­tions, brèves, mettent un terme au spec­tacle sans rap­pel, un spec­tacle hal­lu­ci­né, hyp­no­tique, pour ne pas dire cha­ma­nique.

Read more