Sven Hedin est un per­son­nage qui a beau­coup fait pour la décou­verte de cer­tains ter­ri­toires, comme le désert du Tak­la­ma­kan ou le Pamir que son métier de géo­graphe lui a per­mis de car­to­gra­phier avec détail. Ses explo­ra­tions ont été pour la plu­part périlleuses et la pre­mière qu’il a menée dans le désert du Tak­la­ma­kan aurait pu vrai­ment mal tour­ner et finir de manière tra­gique si lui-même et ses guides n’a­vaient pas eu la volon­té de s’en sor­tir jus­qu’au bout.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Brus­que­ment le soleil se voi­la et dis­pa­rut dans une obs­cu­ri­té pro­fonde.
… Une sen­sa­tion de cata­clysme immi­nent nous enve­loppe. Au loin on entend un cré­pi­te­ment ; de minute en minute il se rap­proche… Un coup de vent, puis une rafale ter­rible. Les arbres tor­dus par l’ou­ra­gan se brisent avec des cra­que­ments épou­van­tables. Pen­dant quelques ins­tants c’est un fra­cas ter­rible. En même temps, des tour­billons de pous­sière nous aveuglent nous étouffent. Fouet­té par le souffle irré­sis­tible de la tour­mente, le sable fuit sous nos pas ; on a comme une impres­sion d’en­glou­tis­se­ment.
La tem­pête ne dure que quelques heures ; le len­de­main le ciel était cepen­dant encore tel­le­ment char­gé de pous­sière, que tout vue était mas­quée dans un faible rayon.

La seconde expé­di­tion, plus calme, n’a pas non plus été une siné­cure, car pris dans les tem­pé­ra­tures gla­ciales de la nuit déser­tique, les hommes ont quand même souf­fert de condi­tions extrêmes.

Dans cette région l’eau se ren­contre à une faible pro­fon­deur (2,40 m ; 1,81 m ; 1,67 m) ; néan­moins, le sol était gelé sur une épais­seur de 22 cm, le creu­se­ment d’un puits exige un long tra­vail. Par­tout la posi­tion de la nappe sou­ter­raine est indi­quée soit par la pré­sence d’un tama­ris ou d’un peu­plier (Popu­lus diver­si­fo­lia), soit par des traces d’hu­mi­di­té dans la couche de sable super­fi­cielle. Ici, comme dans les val­lées du Yar­kand-Daria ou de l’Oug­huen-Daria, sa sali­ni­té dimi­nue à mesure que l’on s’é­loigne du fleuve, contrai­re­ment à ce que l’on pour­rait croire.

Sven Hedin - expédition

Si l’ex­pé­di­tion de Hedin relève de l’ex­ploit et faillit tour­ner à la catas­trophe, les contacts avec les popu­la­tions sont pour le moins sur­pre­nants et relève d’un véri­table soin à ne pas rompre l’é­tat de fra­gile équi­libre dans lequel vivent des popu­la­tions éloi­gnées des centres de pou­voir.

Nous appe­lons, nous crions, aucune réponse. Les guides partent fouiller le bois dans dif­fé­rentes direc­tions ; une demi-heure après, l’un d’eux ramène un natu­rel et une femme. Sur­pris par notre arri­vée, ces pauvres gens s’é­taient enfuis, dans la crainte de mau­vais trai­te­ments. Une fois remis de leur ter­reur, ils me donnent des ren­sei­gne­ments très impor­tants. J’ap­prends ain­si que jus­qu’au point où le fleuve se perd dans les sables, la forêt est habi­tée par des ber­gers qui gardent des mou­tons appar­te­nant à des mar­chands de Keria. Chaque trou­peau compte de trois cents à deux mille têtes, et chaque pro­prié­taire a l’u­sage exclu­sif d’une zone déter­mi­née de pâtu­rage. L’ef­fec­tif de cette petite tri­bu de pas­teurs ne dépasse pas 150 indi­vi­dus.
Per­dus dans des forêts vierges, enve­lop­pés d’im­menses déserts, ces indi­gènes demeurent com­plè­te­ment sépa­rés du reste du monde. Jamais pour ain­si dire ils ne quittent ces bois, et à part leurs voi­sins et de loin en loin les pro­prié­taires des trou­peaux, jamais ils ne voient un être humain. Les fonc­tion­naires chi­nois ignorent même l’exis­tence de ces clans de ber­gers. Pour ne pas atti­rer sur ces pri­mi­tifs les exi­gences d’un fisc sans pitié, je me suis gar­dé à mon retour de les ren­sei­gner à cet égard.

Sven Hedin - expédition 2

La vie de Sven Hedin, si elle fut pas­sion­nante sur le plan de l’ex­plo­ra­tion et des décou­vertes géo­gra­phiques dont il est res­pon­sable, ne fut pas exem­plaire à tout point de vue. Il se com­pro­mit gra­ve­ment avec le régime nazi du Troi­sième Reich. Même s’il fit beau­coup pour évi­ter la mort à cer­tains de ses com­pa­triotes nor­vé­giens, il ne renia jamais ses affi­ni­tés pour le régime et paya cher de sa per­sonne ses erre­ments en finis­sant sa vie dans la dis­grâce.

Sven Hedin, Dans les sables du Tak­la­ma­kan
Édi­tions Nico­las Chau­dun, 2011

Liens :

Tags de cet article: , , ,