L’amateur de cartes y trouvera une certaine douceur de vivre comme au soir d’un printemps

J’ai vu, sur le papier glacé, le soleil tomber au soir d’une belle journée d’été sur les coupoles légèrement outrepassées, les dômes majestueux d’Ispahan, ou alors était-ce Tabriz ou Chiraz ? Le bleu somptueux d’un turquoise profond, scarifié de floraisons orange comme l’or de la fin du jour, le fût tancé par une coufique précise, pointilleuse, fière comme un sultan debout à l’heure de l’assaut… autant d’images qui me traversent et me laissent chavirer comme dans les volutes d’un petit cigare dont je me plais à me souvenir l’odeur. Un faisceau de couleur, orange d’or, tabac brun, jaune d’œuf, feuille d’automne, un soir d’été sur la terrasse face à la mer, et cette dernière image mentale se profile : la couleur un peu ternie et pourtant chaleureuse d’une vieille carte d’un pays vieux de mille ans. L’amateur de cartes y trouvera une certaine douceur de vivre comme au soir d’un printemps… Laissons-le plonger dans ces océans aux couleurs de thé…

Lost islands

Henry Stommel, porté à ma connaissance au travers du livre d’Erik Orsenna, Portrait du Gulf Stream, est océanographe et a écrit un livre portant ce sous-titre : The story of islands that have vanished from nautical charts, autrement dit, Histoire des îles qui ont disparu des cartes nautiques. Étrange titre, et non moins étrange livre faisant état d’îles qui n’existent plus ou plutôt, que l’on a été obligé, à un moment ou à un autre de faire “disparaître” des cartes, car souvent fantasmées, parfois mal placées, quelques fois tout simplement rêvées, elles n’ont pour la plupart jamais existé ou tout bonnement disparu. Le livre raconte l’histoire de ces curiosités pour lesquelles il aura fallu énormément de violence pour les supprimer. Un cartographe établit, il n’efface pas…

Le livre n’a jamais été traduit et renferme dans son rabat intérieur une superbe carte du XIXème siècle imprimée en recto-verso, d’un côté le Pacifique, de l’autre l’Indien… avec sur cette carte, la plupart des îles dont il est question dans le livre. Et en France, le livre est épuisé.

Henry M. Stommel. Lost Islands: The Story of Islands That Have Vanished from Nautical Charts
University of British Columbia Press. Vancouver 1984

Justus Danckerts: Recentissima Novi Orbis Sive Americae Septentrionalis et Meridionalis Tabula… [California as an Island] Amsterdam / 1690

Océans de papier

Olivier le Carrer n’est pas qu’un simple écrivain, un journaliste, c’est avant tout un géographe et navigateur, un vrai connaisseur de la mer de l’intérieur, un génie des eaux qui n’hésite pas à passer son temps dans les bibliothèques pour illustrer ses livres des plus belles cartes au monde, issues des plus grandes bibliothèques et conservées dans leur gangue d’inconnuité pour les dévoiler au grand jour. Andalouses, persanes, arabes, portugaises, ces cartes de papier belles et sensuelles comme des femmes antiques montrent l’évolution de la perception de la Terre depuis l’Antiquité jusqu’au GPS moderne.

Olivier Le Carrer. Océans de papier : Histoire des cartes marines, des périples antiques au GPS
Glénat 2006

Hessel Gerritsz : Mar del Sur. Manuscrit enluminé sur parchemin, 1622. BNF

Atlas des îles abandonnées

Judith Schalansky est une jeune illustratrice née en RDA et dont l’imaginaire de jeune fille l’a porté à vivre ses premiers émois en parcourant du bout des lèvres les pages des atlas et les cartes. Plus qu’un véritable atlas, son livre est un beau livre fait de cartes redessinées, plein d’anecdotes étranges, parfois un peu inquiétantes. Je ne fais pas partie de ceux qui se plaignent du fait que ce livre n’est pas véritablement un atlas, mais un “simple livre”… Malédiction… Le livre fait débat, on attendait a priori plus de l’auteur qu’un joli livre. Il ne décevra pas, en revanche, ceux qui ont gardé intact leur regard d’enfant sur un monde qui reste encore à découvrir. On regrette simplement que de l’allemand au français, le titre change d’îles éloignées (remote islands en anglais) à îles abandonnées

Judith Schalansky. Atlas des îles abandonnées
Préface d’Olivier de Kersauson, traduit de l’allemand par Elisabeth Landes, Arthaud

The Island of St. Christophers / Antego Island / Part of y Islands of America &c.
London 1744

Exploration des Routes de la Soie et au-delà

Ceux qui traversèrent d’inconnues contrées pour commercer avec les peuples lointains, ceux qui pensaient que le coton poussait sur les agneaux, ceux qui voyaient dans les étoiles leur chemin à dos de chameau et ceux qui prisaient le tabac assis sous une toile tendue dans le désert ouïghour du Taklamakan, tous ont désiré cartographier le parcours qui reliait l’Occident à la Chine par ces villes mythiques qui portent le nom d’Ispahan, Samarkand, Nishapur, Tashkent, Merv, Boukhara ou Kachgar… qui excitent l’imaginaire, font penser aux odeurs d’épices, aux couleurs chatoyantes des tapis, des soieries et des brocarts, des monnaies d’or frappées à l’effigie de califes disparus et de minarets surplombant les immenses iwâns décorées de céramiques bleues… Ce livre est un joyau de cartes turques, ouzbeks, persanes, arabes, chinoises, rares, précieuses, colorées, et mêmes parfois surprenantes, comme ces cartes établies d’après Claude Ptolémée où le rebord du monde connu est illustré sous  forme… d’angle…

Kenneth Nebenzah. Exploration des Routes de la Soie et au-delà , 2000 ans de cartographie
Phaidon, 2005

Carte du monde de Ptolémée, reconstituée au XVe siècle à partir de sa Géographie

Des cartes sur tous les plans…

Bigmapblog :le blog d’un amateur de cartes anciennes qu’il s’amuse à piocher un peu partout, scannées en haute définition et zoomables. L’auteur du blog est également à l’origine d’un film, The Pruitt-Igoe Myth.

Perry-Castañeda Library Map Collection : une impressionnante collection de cartes récentes mais également de cartes anciennes classées par région.

Parisbal: Plans anciens de Paris entre 1550 et 1790.

Barry Lawrence Rudeman antique maps Inc. : Un vendeur de cartes anciennes qui a l’intelligence de laisser à disposition des images grand format des cartes qu’il vend.

The beauty of maps : Une série documentaire de la BBC en 4 parties sur les cartes : Atlas, médiévales, cartes modernes de propagande ou cartes de villes, voici de quoi alimenter un sujet superbe avec la précision et l’accent des documentaristes de la vénérable institution qu’est la BBC.

A la découverte d’Eduard Imhof : géographe et professeur de cartographie suisse, il a donné ses lettres de noblesse à la cartographie en 3D et est aujourd’hui considérée comme le père de la géographie moderne institutionnelle. A visiter, ses archives :

David Rumsey Map Collection Database and Blog : Voici une Rolls de la cartographie. Riche de plus de 26000 cartes, voici une collection de cartes, principalement du XVIIIè et du XIXè siècle et d’Amérique du Nord, elle contient également de nombreuses cartes européennes, des cartes historiques, anciennes ou modernes, chacun y trouvera son compte. On appréciera également, entre autres choses, la possibilité de visionner ces cartes anciennes avec Google Maps, par superposition. Une idée de génie. La collection scannée est d’une grande qualité visuelle.

Read more

Trous de boulin

Avec mon grand-père, on aimait bien partager toutes les choses nouvelles qu’on pouvait apprendre chacun de notre côté. Parfois, les discussions pouvaient se compléter et s’apporter elles-mêmes des informations qui enrichissaient le tronc commun. Une des dernières dont il m’ait parlé concernait une solution à ses mots croisés, un mot que nous ignorions l’un comme l’autre ; le boulin. Voici la définition que j’en ai trouvé sur Wikipédia:

Un boulin est une pièce d’échafaudage en bois, horizontale, engagée dans la maçonnerie par une ouverture nommée trou de boulin. Le boulin porte le plancher de l’échafaudage. C’est une pièce en bascule soulagée à son extrémité opposée par des pièces de bois verticales nommée échasse. Les trous de boulin sont présents dans l’architecture depuis la plus haute antiquité. Borgnes ou traversants, ils marquent les points où l’échafaudage était fixé, donnant ainsi de indications sur les techniques utilisées.

Photo © Revue archéologique du centre de la France
Mise en évidence des alignements de trous de boulins sur une maison de la rue du Général Meusnier à Tours

J’avoue que ce n’est pas le genre d’information dont on se sert couramment, aussi j’en avais oublié le sens mais pas la sonorité, et lorsque je suis tombé sur le passage de ce livre [1], tout m’est revenu en mémoire, car bien évidemment, mon grand-père devait savoir:

Le plus souvent, l’échafaudage n’apparaît dans les textes qu’à l’occasion d’un accident : ici le maître d’œuvre y fait une chute ; là, une pièce de bois choit sur un ouvrier ou sur un jeune moine que parfois le commanditaire, un saint abbé, rend à la vie. Ses caractéristiques matérielles son très rarement évoquées : la vie de Gauzlin fait état des claies, utilisées concurremment avec les planches et les platelages (surfaces de circulation). L’archéologie des élévations en restitue la structure et l’histoire. En effet, les édifices romans laissent voir sur leurs élévations des séries assez régulières de trous quadrangulaires définissant des horizontales et des verticales. Il s’agit de « trous de boulin », logements de ces bois horizontaux (« boulins ») qui, fixés dans le mur, solidarisaient l’échafaudage avec la construction en cours et portaient les platelages. Véritable négatif de l’ouvrage de bois disparu, l’ensemble de ces trous de boulin dessine l’organisation générale de l’échafaudage, où l’on distingue aisément le projet initial des extensions, rajouts et reprises. Notons que l’absence de trous de boulin peut correspondre à une absence d’échafaudement ou à une échafaudage libre, maintenu par deux rangs de perches verticales dont on retrouve parfois les trous de calage dans le sol.
L’analyse des trous de boulin est riche d’enseignements les plus divers : géographie technique — par exemple, les trous de boulin quadrangulaires dans toute l’Europe romane, sont souvent courbes (quart ou moitié de cercle) dans l’ouest de la France ou bien dessinent une meurtrière dans l’Italie méridionale, comme si on avait utilisé des planches sur chant plutôt que des poutres ; production de bois : les sections de boulin sont assez homogènes et mesurent le plus souvent de 80mm à 140mm de côté, mais l’explosion de la construction dans des régions mal dotées en bois adaptés a pu entraîner l’apparition de sections extrêmement variables correspondant à du tout-venant  mal calibré, notamment des poutres en remploi ; chronologie relative et chronologie absolue des tranches de travaux : les variations dans la structure de l’échafaudage dessinent souvent la succession des phases (à Lyon, l’étude conjointe de l’échafaudement et de la liturgie a donné la chronologie de la cathédrale à la fin du XIIè siècle) et, lorsque le mur livre des fragments de boulin, l’analyse par dendrochronologie ou carbone 14 rend possible une datation absolue ; cahier des charges : les hauteurs de platelage, les entraxes des boulins et leurs portées mettent en évidence les utilisations de l’échafaudage, parfois une forme de spécialisation ; ainsi l’échafaudage hélicoïdal (une rampe continue en colimaçon destinée à la seule circulation des personnes) est-il spécialisé dans la construction des donjons de plan circulaire.
[…] L’échafaudage était utilisé surtout par les maçons (joints et enduits), les sculpteurs (décor sculpté sur place), les tailleurs venant vérifier les dimensions et la forme de tel bloc, les porteurs de mortier figurés dans l’iconographie romane, les grutiers et, bien sûr, le maître d’œuvre. Il permettait un déplacement rapide dans les parties hautes du chantier, les baies déjà réalisées offrant un passage d’un côté à l’autre du bâti, mais le transport de matériaux lourds devait être effectué sur l’arase du mur. Les ouvertures (lancettes, roses, rosaces) pouvaient recevoir un échafaudage propre, pour faciliter le montage des parties clavées et des sculptures, et peut-être la pose de verrières. À la fin des travaux, l’échafaudage était naturellement démonté ; les trous de boulin étaient souvent bouchés et l’enduit les couvrant gravé d’une marque : on laissait ainsi la possibilité à des professionnels devant intervenir quelques dizaines ou centaines d’années plus tard de retrouver les trous de boulin et de les remployer dans le montage de leur échafaudage.

Photo © Monuments historiques de PACA

J’aime beaucoup l’idée que le boulin soit un outil en propre et que l’échafaudage qu’il permet de soutenir fait corps avec le bâti en cours et ne l’épouse pas comme c’est le cas de la plupart des échafaudages d’aujourd’hui. La structure ne peut ainsi être montée qu’avec le mur, sur le même rythme. Également, l’idée que les maçons de l’époque laissaient à leur descendant la possibilité de retravailler l’ouvrage avec les trous existant montre à quel point la construction en pierre est à ce point ancrée dans la civilisation et se transmet dans le temps comme un trésor de famille.

Photo © Lankaart.
Trous de boulin sur les pans déprimés (lésènes[2]) de l’Abbaye de Gellone ou Abbaye de Saint-Guilhem-Le-Desert. On peut voir également sur ce même billet les trous de boulins sur les élévations à l’intérieur de l’abbaye.

Liens:

  1. Site de l’inventaire du patrimoine architectural de la Région de Bruxelles ; on y apprend la fonction des cache-boulin sur les maisons belges, notamment rue de Lisbonne.
  2. Site du projet Martinet qui vise à réhabiliter les trous de boulin en nichoirs.
  3. Site de la commune de Préaut, près de la Roche-sur-Yon en Vendée ; on y explique la fonction des trous de boulin, mais aussi des boutisses traversantes et des renforts de murs, leur évitant de “prendre du ventre”.

Notes:

(1) Initiation à l’art Roman, architecture et sculpture. Sous la direction d’Anne PRACHE, Philippe Plagneux, Nicolas Reveyron, Danielle V. Johnson. Editions Zodiaque. 2002, p.34-35.
(2) La lésène (également appelée bande lombarde) est un élément architectural décoratif très utilisé sur les façades des églises romanes. On les nomme également pans déprimés car ces éléments sont en retrait par rapport à la façade.
Read more

In situ / Revue des patrimoines

Comme son nom l’indique, In situ est une revue consacrée aux patrimoines et à leur conservation. Mise en ligne sur le site du Ministère de la Culture, sa rédaction est assurée par un comité scientifique déplorant quelque peu le manque de moyens des projets précédents et semblant à nouveau s’épanouir dans cette publication semestrielle.

La mise en page en est sommaire, misant surtout sur l’aspect scientifique des sujets traités. Derrière l’aridité de la présentation se cache des articles foisonnants (12 numéros à l’heure actuelle) et à la précision chirurgicale, abondamment illustrés, inépuisablement documentés.
On y trouvera des articles pointus, comme par exemple l’éclairage des salles d’opération aux XIXe et XXe siècles : l’apparition du scialytique ou L’étude des charpentes comme élément de datation du patrimoine rural : l’exemple genevois. Tout un programme…

Read more