Au soleil chantant de Sicile, sous les pierres des églises…

28/01/2010

L’histoire dit que tout vient des moines capucins (Ordo Fratrum Minorum Capuccinorum) pour qui la mort revêtait un caractère expiatoire et finalement devint objet de vénération et de respect. La Sicile est terre de mystère, terre aride entourée d’une Méditerranée féconde et on imagine parfaitement ses petites cités silencieuses écrasées par le soleil entourées d’un voile de complot et de silence, et dans les rues escarpées de ces hameaux accrochées aux falaises passer les ombres de ces moines pour le moins peu avenants. Dès leur arrivée sur l’île, ils construisent des églises en calcaire blanc et d’après la tradition datant de Constantin, surélèvent ces bâtisses au-dessus d’excavations qu’on nomme catacombes, comme on peut en voir à Syracuse sous l’Eglise San Giovanni Evangelista. Constituées la plupart du temps en cimetières communautaires et en hypogées de droit privé, les premières catacombes, telles qu’on peut les visiter aujourd’hui en Sicile, sont des cryptes ouvertes au vent du large, battues par des vents chauds et sec et lorsque les corps des moines capucins décédés sont posés à même le sol de cette crypte, puis lavés au vinaigre, l’atmosphère et le temps font leur œuvre, desséchant les chairs plus vite qu’un processus de décomposition normal.

Les moines ayant découvert ces techniques de conservation vont développer leur savoir faire et redonner à leurs morts — en particulier aux prélats et dignitaires mais aussi aux riches donateurs — l’aspect de vivants dans ces caves pour le moins lugubres en creusant des loculi (niches) dans lesquels les cadavres sont maintenus dans les positions debout à l’aide de câbles et de crochets ou assise sur des trônes percés afin que la gravité permette la descente naturelle des organes en décomposition dans ces vespasiennes à usage unique… Le moins que l’on puisse dire c’est que ces moines ont développé une relation pour le moins étroite avec leurs morts, perfectionnant des techniques passées dans le langage courant des civilisations égyptiennes ou précolombiennes.

L’utilisation de ces lieux de mort a perduré jusqu’aux prémices du XXè siècle avec les très célèbres catacombes capucines (Localisation sur Google Maps) de l’église Santa Maria della Pace de Palerme, dans lesquels on peut voir aujourd’hui des centaines de corps alignés, vêtus de leurs plus beaux atours, souvent les yeux ouverts dans des expressions terrifiantes et dont la seule couleur de la peau et une certaine maigreur laissent penser que ces mannequins ne sont plus en vie. Le corps de la petite Rosalia Lombardo, décédée à l’âge de deux ans et embaumé par le célèbre Alfredo Salafia est aujourd’hui  encore une attraction, qui à mon sens relève plus de l’amusement ou de la performance que d’un rituel mortuaire véritablement “chrétien”.

Photo © Giovy

3 comments

  1. Comment by GM

    GM Reply 28/01/2010 at 10:34

    J’ai visité ces catacombes l’année dernière, et c’est vraiment morbide (enfin, j’ai trouvé ce lieu assez effrayant et désagréable).

  2. Comment by fabienne

    fabienne Reply 28/01/2010 at 17:56

    j’ai visité des catacombes à Rome et étant claustrophobe, je n’en garde pas un doux souvenir.

    ce qui surprend, dans ces rituels, c’est la volonté de vouloir préserver le corps à tout prix, ce qui va - à mon sens - à l’encontre de “laisser reposer en paix” un mort, à l’encontre de l’idée de “retourner à la poussière”.

  3. Comment by Le Perroquet Suédois

    Le Perroquet Suédois Reply 02/02/2010 at 16:25

    GM: j’imagine que c’est moins plaisant qu’une place avec une fontaine 🙂

    Fabienne: c’est exactement ce que je pense, il y a dans ce rituel quelque chose de contraint…

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Go top