Par­te­nope (HWV 27)

Par­te­nope au © New-York City Opera

Par­te­nope est un opé­ra (dram­ma per musi­ca) de Georg Frie­drich Haen­del datant de 1730, en trois actes. Le per­son­nage en est Par­te­nope (ou Par­thé­nope), une sirène que l’on véné­rait dans l’an­tique ville de Néa­po­lis (aujourd’­hui Naples) et l’his­toire de cet opé­ra est com­pli­quée, une his­toire d’a­mour tor­due comme on n’en voit que dans la mytho­lo­gie grecque et comme seul Haen­del pou­vait s’en empa­rer. La par­ti­cu­la­ri­té de cet opé­ra est que les per­son­nages mas­cu­lins prin­ci­paux sont tous des contral­tos (fal­set­to). On peut ima­gi­ner que Haen­del a écrit cet opé­ra en l’hon­neur du vice-roi de Naples qui l’ac­cueillit tan­dis qu’à Rome gon­flaient les rumeurs de guerre, mais aus­si peut-être en rai­son d’une idylle cachée. Il en reste une ode très lyrique, fleu­rie, à l’is­sue heureuse…

[audio:partenope.xol]

Atto pri­mo — Sce­na 9 — Aria — Dim­mi pies­to­so ciel

Krisz­ti­na Laki : Par­te­nope (sopra­no) — Hel­ga Mül­ler Moli­na­ri — Ros­mi­ra (contral­to) — René Jacobs : Arsace (contral­to). La petite bande, diri­gée par Sigis­wald Kuij­ken, en 1979. Sony.

Read more

Maîtres du cla­ve­cin fran­çais — A French Col­lec­tion, par Skip Sempé

 

Le cla­ve­ci­niste amé­ri­cain Skip Sem­pé a déter­ré des archives des petits tré­sors com­po­sés par cer­tains des com­po­si­teurs les plus en vogue au XVIIIème siècle, des orga­nistes ou cla­ve­ci­nistes qui res­tent aujourd’­hui confi­den­tiels, éclip­sés par Bach ou Haen­del. Par­mi ceux-ci, on trou­ve­ra Michel Cor­rette, un com­po­si­teur fécond et grand péda­gogue qui fut proche de la culture popu­laire, mais aus­si Claude-Bénigne Bal­bastre, proche de la famille royale et qui fini­ra oublié de tous, et enfin Joseph-Nico­las-Pan­crace Royer dont la vie mys­té­rieuse fit par­ler autant que son style par­fois consi­dé­ré comme mièvre et ampoulé.

[audio:etoiles.xol]

Michel Cor­rette, les Etoiles (légè­re­ment et modérément)
A l’é­coute, cette pièce me fait pen­ser à quelques choses de beau­coup plus moderne, les Yeux Revol­ver de Marc Lavoine… Pièce légère, tout en finesse.

[audio:scythes.xol]

Joseph-Nico­las-Pan­crace Royer, la Marche des Scythes (Fiè­re­ment)
Une pièce qui n’a rien de mièvre, assez brouillonne à l’é­coute mais qui est foi­son­nante de notes cachées, quelque chose de très tonique…

A French Col­lec­tion, Skip Sempé
Label: PARADIZO

Read more

Tamer­la­no (HWV 18)

Tamer­la­no est un des plus beaux opé­ras de Haen­del com­po­sé en moins de vingt jours en 1724. L’his­toire s’ins­pire de l’His­to­riae Byzan­ti­nae du chro­ni­queur Michel Dou­kas et raconte l’his­toire de Tamer­lan (Timur Lang, le boi­teux, تیمور Timūr) et du sul­tan otto­man Baja­zet (Baye­zid Ier, Yıldırım Beyazıd , يلدرم الصاعقة بايزيد) qu’il a vain­cu et fait prisonnier.
Un des fleu­rons de la musique baroque…

Tamer­lan et Bajazet
peint par Sta­nisław Chlebowski

[audio:tamerlano.xol]

Tamer­la­no — Ouver­ture. Orches­tré par Jean-Claude Mal­goire, inter­pré­té par La Grande Ecu­rie et La Chambre du Roy.

 

Read more

don Pie­tro Gnoc­chi, sonates IX et XIII

Voi­ci un com­po­si­teur abso­lu­ment confi­den­tiel, un de ceux qui res­tent dans l’ombre des grandes tra­vées d’é­glises baroques, der­rière les para­vents des chambres dans les­quelles on ne joue qu’une cer­taine musique, une musique pour l’âme, une musique qui réchauffe les corps et qui ne fait jamais de mal. A une époque où l’on ne peut se conten­ter d’une seule acti­vi­té, don Pie­tro Gnoc­chi, non content d’a­voir com­po­sé une soixan­taine de messes, dont cer­tains requiem, était éga­le­ment his­to­rien et géo­graphe, à la tête d’une volu­mi­neuse his­toire des colo­nies de la Grèce ancienne en 25 tomes.

Voi­ci deux extraits de très belles sonates, réédi­tés récem­ment et inter­pré­tées par Brixia Musi­ca­lis (Sonate a tre) :

Pho­to © Uqbar

[audio:SonataXIII.xol]

Sona­ta XIII in re minore — Grave
(oboe, vio­li­no, vio­lon­cel­lo, arci­liu­to & clavicembalo)

[audio:SonataIX.xol]

Sona­ta IX in mi minore — Lar­go, Arcate distese
(vio­li­no I e II, vio­lon­cel­lo, arci­liu­to & organo)

Read more

Teseo

Teseo (Thé­sée — HWV 9) est un long opé­ra de Georg Frie­drich Haen­del (j’ai appris il y a peu que le com­po­si­teur alle­mand s’é­tait fait natu­ra­li­ser bri­tan­nique). Long car en 5 actes, ce qui est excep­tion­nel pour l’é­poque. Il n’a été joué que peu de fois depuis que son com­po­si­teur est décé­dé, en rai­son d’une grande com­plexi­té de mise en œuvre. Le thème est clas­sique, une his­toire d’a­mour et de ran­cœur ; le fils Teseo (Thé­sée) et le père Egeo (Égée) se dis­putent l’a­mour d’A­gi­lea tan­dis que la magi­cienne Medea (Médée) est éga­le­ment amou­reuse de Teseo (ouais). Au terme de rebon­dis­se­ments sans fin, le père et le fils se retrou­ve­ront. Créé le 10 jan­vier 1713, c’est un opé­ra écrit en italien.

Deux extraits du Teseo orches­tré par Kon­rad Junghä­nel. Éton­nam­ment, les deux rôles d’hommes, Thé­sée et Égée sont inter­pré­tés par des contre-ténors dans cette ver­sion audio (sur la pho­to, c’est une mez­zo-sopra­no qui tient le rôle de Thé­sée). On ferme les yeux, et on écoute.

Acte I — Aria (Egeo): Ricor­da­ti, oh bella
[audio:Egeo.xol]

Acte II — Ario­so (Medea): Dolce ripo­so, ed inno­cente pace
[audio:Medea.xol]

Pho­to © Haen­del Festspiele

Read more