Par­mi les pre­mières repré­sen­ta­tions gra­phiques qu’on peut trou­ver datant de l’Auri­gna­cien, on assiste à la nais­sance d’un art de repré­sen­ta­tion avec la pré­sence de vulves gra­vées dans des blocs ou direc­te­ment sur la parois. Par­fois asso­ciées à la pré­sence d’un phal­lus, quelque fois à un ani­mal comme dans l’abri de la Fer­ras­sie en Dor­dogne. On ver­ra dans ces gra­vures des repré­sen­ta­tions de la fer­ti­li­té ou plus sim­ple­ment de la conscience de la dif­fé­ren­cia­tion sexuelle. Jusque là, rien d’ex­cep­tion­nel dira-t-on.
André Leroi-Gou­rhan remar­qua la pré­sence de ces repré­sen­ta­tions la plu­part du temps situées à proxi­mi­té de diver­ti­cules (rétré­cis­se­ment à l’in­té­rieur d’une grotte) ou de creux légers dans la paroi, comme sou­vent dans l’art parié­tal où les acci­dents de la paroi sont uti­li­sés pour arti­cu­ler les repré­sen­ta­tions, comme dans le cas de Las­caux ou de Rouf­fi­gnac ou les mam­mouths ou les che­vaux suivent les contours de la paroi. Sou­vent repré­sen­tées en groupes, on ne connait pas exac­te­ment leur rôle, si ce n’est qu’elles avaient par leur scan­sion dans les repré­sen­ta­tions mul­tiples un rôle asso­cié à d’autres figu­ra­tions expli­cites.
Lors­qu’elles sont repré­sen­tées seules, on peut cer­tai­ne­ment leur attri­buer un rôle dans le déve­lop­pe­ment du cer­veau de l’Homme de Nean­der­tal qui découvre le rôle magique du sexe de son repré­sen­tant fémi­nin. Sa forme et sa fonc­tion lui appa­raissent enfin dans leur entiè­re­té comme la forme de l’o­ri­gine de l’hu­ma­ni­té, ce qui lui confère une valeur magique, et ce qui est magique doit être repré­sen­té sur la paroi, comme un des élé­ments qui a rap­port avec le monde des esprits situé de l’autre côté de la paroi. D’une manière plus éla­bo­rée, chez cer­tains spé­cia­listes, il a été mis en évi­dence que le lien entre la vulve et la bles­sure de l’a­ni­mal chas­sé por­tait en lui une ana­lo­gie forte qu’on retrouve avec le sys­tème sagaie-phal­lus.


Liens :

  1. Repré­sen­ta­tions sexuelles fémi­nines en art paléo­li­thique péri­gour­din sur le site Homi­ni­dés.
  2. Sur ce site
    1. Sous la terre de Rouf­fi­gnac
    2. Ceux qui ornaient les parois de cavernes d’animaux, les cha­manes de la pré­his­toire
  3. Détail des fouilles de La Fer­ras­sie
  4. Contri­bu­tion à une théo­rie his­to­rique de la pro­duc­tion de la pen­sée reli­gieuse dans les socié­tés du Paléo­li­thique et du Néo­li­thique par Pierre Lévêque, in Dia­logues d’his­toire ancienne, N°7/1981
  5. À pro­pos des Chas­seurs du Nil et du Saha­ra. La pen­sée des chas­seurs archaïques  par Pierre Lévêque, in Dia­logues d’his­toire ancienne, N°7/1981
  6. Loca­li­sa­tion de l’a­bri de la Fer­ras­sie à Savi­gnac-de-Mire­mont (Dor­dogne) avec Google Maps
Tags de cet article: , , ,