Un des plus beaux livres que j’ai lu ces der­niers temps, qui a obte­nu le prix Nico­las Bou­vier 2014, déli­vré lors du fes­ti­val Éton­nants Voya­geurs de Saint-Malo. Entre nous, les Levan­tins, par Ben­ny Zif­fer.

La col­lec­tion Kha­lil est res­tée en Égypte, et, à long terme, elle a vain­cu l’Égypte. Il y a quelque chose de sym­bo­lique dans le fait que, qua­rante ans après la révo­lu­tion nas­sé­rienne, avec la dis­pa­ri­tion du Chef de l’État, Moha­med Kha­lil a recou­vré sa demeure et son hon­neur. Ses por­traits accro­chés à nou­veau aux murs de son palais fran­çais offrent le témoi­gnage que la volon­té de res­sem­bler à l’Oc­ci­dent, aspi­ra­tion condam­nable aux yeux d’au­cuns, demeure vivace en Égypte, après des années d’é­touf­fe­ment chau­vin.
De la fenêtre du deuxième étage du musée don­nant sur le Nil, on aper­çoit à tra­vers les plis d’un rideau blan­châtre des bateaux recou­verts de bâches ber­cés par les flots, dans la petite mari­na d’un club de plai­sance. Est-ce un hasard si ce pay­sage res­semble à s’y méprendre au tableau de Claude Monet expo­sé dans une salle voi­sine, Argen­teuil, bateaux au long de la berge ?

Ben­ny Zif­fer, Entre nous, les Levan­tins
Actes Sud 2014
Tra­du­ti de l’hé­breu par Jean-Luc Allouche

Tags de cet article: , ,