Une cuillère de pensée chinoise à chaque repas

10/02/2015

Zhuang Zi, ou Zhuāng Zhōu (莊周/庄周) et plus connu en France sous le nom de Tchouang-tseu, a vécu au 4ème siècle avant notre ère, soit il y a quelque chose comme 24 siècles. 2400 ans nous séparent et séparent notre bien aimée pensée de cette pensée chinoise si mal connue en France, car jugée bien trop souvent chinoise. Dans notre langue, ne dit-on pas de quelqu’un qui tourne autour du pot sans arriver à fixer sa pensée qu’il chinoise ? Il y a pourtant bien des choses à y comprendre, des choses à y apprendre. De Victor Segalen à François Jullien et en passant par Simon Leys, on apprend à connaître cette pensée qui est, non pas radicalement, mais obliquement opposée à notre pensée occidentale. Un proverbe chinois dit : Faire du bruit à l’est pour attaquer à l’ouest. François Jullien (Chemin faisant, 2007) nous dit que ce proverbe vaut aussi bien pour l’art de la guerre que pour celui de la parole. De cette pensée complexe, mais qui tend vers la simplicité (pas de simplification), une nouvelle pensée est à l’œuvre, une pensée qui travaille et qui fait travailler dans les écarts de la pensée. Des petits pas de côtés, des gerbes foisonnantes de lyrisme bienvenu, des interstices inquiétants s’ouvrent et ne font que cette chose dont nous avons perdu dans notre quotidienneté l’habitude : nous étonner.
Déroutante, parfois drôlatique, toujours pertinente, c’est une pensée à la fois formulaire et diluée. Jullien pourrait en dire que c’est la pensée de l’inefficacité et de la fadeur, dont on aurait ôté tout présupposé péjoratif…

Zhuang Zi et le logicien Hui Zi se promenaient sur le pont de la rivière Hao. Zhuang Zi observa : « Voyez les petits poissons qui frétillent, agiles et libres ; comme ils sont heureux ! »
Hui Zi objecta : « Vous n’êtes pas un poisson ; d’où tenez-vous que les poissons sont heureux ?
- Vous n’êtes pas moi, comment pouvez-vous savoir ce que je sais du bonheur des poissons ?
- Je vous accorde que je ne suis pas vous et, dès lors, ne puis savoir ce que vous savez. Mais comme vous n’êtes pas un poisson, vous ne pouvez savoir si les poissons sont heureux.
- Reprenons les choses par le commencement, rétorqua Zhuang Zi, quand vous m’avez demandé “ d’où tenez-vous que les poissons sont heureux ” la forme même de votre question impliquait que vous saviez que je le sais. Mais maintenant, si vous voulez savoir d’je le sais — eh bien, je le sais du haut du pont. »

Cité par Simon Leys, in Le bonheur des petits poissons, Lettres des Antipodes
Jean-Claude Lattès, 2008

2 comments

  1. Comment by Romuald Le Peru

    Romuald Le Peru Reply 16/06/2015 at 11:34

    Ah ben dis donc, j’avais raté ce message, merci pour le lien 🙂

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Go top