Monuments égyptiens, bas-reliefs, peintures, inscriptions…

Encore une très belle production dans la collection des œuvres illustrées d’Émile Prisse d’Avennes, éditée en 1847 par Didot frères à Paris. On notera à la fin de l’ouvrage des planches en couleur absolument superbes. On regretterait presque qu’il y ait aussi peu de planches…

Monuments égyptiens, bas-reliefs, peintures, inscriptions… etc, d’après les dessins exécutés sur les lieux par E. Prisse d’Avennes, pour faire suite aux Monuments de l’Egypte et de la Nubie, de Champollion le Jeune.

Recueils de miniatures indiennes ayant appartenu à Emile Prisse d’Avennes

Le célèbre archéologue Prisse d’Avennes, particulièrement inspiré pour transmettre son goût de l’art arabe, possédait dans ses collections particulières deux petits recueils de miniatures indiennes du XVIIème siècle, d’inspiration moghole, de très belles gouaches fines, rehaussées de fil d’or et d’argent.

Recueils de miniatures indiennes n°1

Recueils de miniatures indiennes n°2

Description de l’univers, par Allain Manesson Mallet [1683]

Allain Manesson Mallet, géographe et militaire, plus militaire que géographe et grand spécialiste de poliorcétique, est l’auteur d’une description de l’univers (rien que ça) en cinq énormes volumes d’un caractère particulier puisqu’elle n’a été réalisée qu’à partir d’autres récits de géographes et de livres dont les sources étaient déjà obsolètes lorsqu’il les collecta, sans le savoir. Cette édition de 1719, traduite en allemand à Frankfort est imprimée en lettres gothiques du plus bel effet et comporte de très belles cartes illustrées et de multiples gravures, souvent fausses et drôles mais d’une grande qualité graphique pour l’époque.

Denkmäler aus Ägypten und Äthiopien (Karl Richard Lepsius)

Entre 1842 et 1845, l’archéologue Karl Richard Lepsius sera chargé directement par l’empereur Frédéric-Guillaume IV de conduire une expédition en Égypte et au Soudan destinée à produire des relevés précis des plus grands sites, ainsi qu’à ramener le plus d’objets possibles, comme c’est souvent le cas. Du plateau de Gizah au complexe funéraire de Saqqarah, du Fayoum à Thèbes en passant par Der el-Bahari jusqu’à Philæ, l’expédition s’est rendue jusqu’au sud de la Nubie égyptienne, en Éthiopie et jusqu’aux confins de Méroé, la cité aux pyramides pointues. La somme de connaissances rapportée sera considérable au travers d’une œuvre majestueuse en 13 volumes : Monuments d’Égypte et d’Éthiopie d’après les dessins rapportés de l’expédition scientifique organisée dans les années 1842-1845 dans ces deux pays sur ordre de sa majesté, le roi de Prusse, Frédéric Guillaume IV [« Denkmäler aus Ägypten und Äthiopien nach den Zeichnungen der von Seiner Majestät dem Könige von Preußen, Friedrich Wilhelm IV., nach diesen Ländern gesendeten, und in den Jahren 1842–1845 ausgeführten wissenschaftlichen Expedition auf Befehl Seiner Majestät, 13 vol. »], Berlin, Nicolaische Buchhandlung, 1849 (réimpr. Réédition Genève : Éditions de Belles-Lettres, 1972).

Illustrations, copies topographiques, cartes, reproductions, relevés de terrain et surtout, un extraordinaire compte-rendu entièrement manuscrit ; tout est disponible sur le site de la Martin-Luther-Universität de Halle-Wittenberg sous le nom de Lepsius-Projekt. Une œuvre fascinante, qui même si elle est intégralement écrite en allemand, produit une somme documentaire inestimable.