Un chant d’hiver

Un chant d’hiver

Dernier jour de l’année, une nouvelle année qui se referme. Quoi de mieux qu’un prélude pour cela ?
The Fairy Queen d’Henry Purcell… tiré bien évidemment du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare. Je marche à l’envers, décidément. Dans un certain sens, je suis heureux que 2014 se termine pour tout un tas de raisons, et heureux aussi que 2015 arrive. Une année en 5 ne peut être qu’une bonne année.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Henry Purcell – The Fairy Queen – First Music, Prelude
New english voices, Academia Bizantina, direttore Ottavio Dantone

Une nouvelle année qui s’ouvre comme un bouton de lilas. J’ai déjà quelques projets personnels qu’il me tient à cœur de réaliser comme par exemple… faire tout ce que je n’ai pas eu le temps de faire en 2014. Pour commencer.
Je crois bien que c’est la première année que je me laisse déborder de cette manière, la première année où je me dis que je n’ai vraiment pas eu le temps de faire ce que je voulais. Mes nouvelles responsabilités vont grandement m’occuper dès le 5 janvier prochain, et le 7 je soutiens mon deuxième master. Après, j’arrête, je n’irai pas plus loin. Voici déjà 3 ans que je me consacre à mes études et j’ai réellement l’impression d’avoir laissé tout le reste de côté. Ce n’est pas l’envie qui m’en manque, mais à présent, j’ai tout simplement envie de continuer à explorer la vie comme je le faisais avant et pour cela j’ai besoin de temps de cerveau disponible. C’est sans compter tout le stress généré et dont je n’avais pas spécialement besoin, surtout cette année.
Alors je laisse 2014 derrière moi, sans me retourner, et je continue. Ce fut l’année de mes quarante ans que je n’ai vraiment pas sentis. Quarante ans c’est quelque chose quand-même. Mais c’est beaucoup moins que tout ces gens plus jeunes qui passent leur temps à le laisser filer sans rien en faire. Avec tout ce qui remplit chacune de mes années je me dis que je fais comme Daniel Picouly — j’adore ce que dit ce type mais il me fatigue dès qu’il ouvre la bouche —, j’essaie de vivre deux vies en n’oubliant pas que je n’en ai qu’une seule.

Ces vacances de fin d’année m’ont été profitables. Parce que je n’ai rien fait, j’ai dormi, je me suis reposé, j’ai lu un peu, du bout des lèvres, j’ai regardé la nature blanchir au petit matin et écouté Bach, Purcell et Schubert plus que de raison. Et puis j’ai revu l’ami François, ce qui m’a rempli de joie. Encore une manière d’être dans l’excitation intellectuelle.

Il est temps de tout boucler, de laisser l’année se refermer tout doucement comme on referme un sachet de bonbons, histoire de ne pas en être écœuré. 2015 devrait démarrer sur les chapeaux de roues ; le tout étant de ne pas la laisser rouler trop vite. Cette année, j’aimerais repartir loin, me laisser baigner par d’autres mers, me laisser happer par d’autres atmosphères, chavirer au large, mais aussi, drôle d’envie, de partir visiter l’Allemagne… peut-être même l’Autriche… On verra bien jusqu’où me mènent mes pas, le principal étant de ne jamais s’arrêter.
2015, une année pour la couleur…

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Henry Purcell – The Fairy Queen – Acte IV – Now the winter come slowly
New english voices, Academia Bizantina, direttore Ottavio Dantone

Photo d’en-tête :
La querelle d’Oberon et de Titania par Sir Joseph Noel Paton

Retour à Echternach, patrie de Saint Willibrord

Retour à Echternach, patrie de Saint Willibrord

Une simple photo un peu jaunie de moi sur les marches du calvaire, sur la Grand Place d’Echternach, prise par mon grand-père. Nous sommes, il me semble, en 1985. Il faudrait que je m’en assure en retrouvant l’ordre chronologique des photos. 2014, c’est mon fils qui va sur ses douze ans, à peu près l’âge que j’ai sur la photo, qui monte sur le calvaire. Hasard heureux dont je ne me rends compte qu’une fois revenu et lorsque je regarde les photos que mon grand-père avait prises à l’époque. Culottes courtes, gilet croisé, chaussettes blanches, raie sur le côté ; je me rends compte à quel point je n’étais déjà plus du tout dans l’air du temps. Finalement, j’aurais passé ces quarante dernières années de ma vie en décalage.

Calvaire Echternach

Romuald au pied du calvaire d’Echternach

Echternach (Iechternach en luxembourgeois, Eechternoach ou Iechternoach en dialecte) est une petite ville d’à peine 5000 habitants, nichée dans un repli de la Sûre (D’Sauer) qui fait la frontière avec l’Allemagne. De l’autre côté du pont, Echternacherbrück, Deutschland.
Nous sommes à une trentaine de kilomètres de Luxembourg, à peine 25 de Trier (Trèves) en Allemagne. La ville en elle-même n’a pas beaucoup d’attrait, c’est une ville de moyenne importance, une sorte de poste-frontière qui ne ressemble plus beaucoup à ce qu’elle était du temps de sa splendeur. La Grand Place et la Place du Marché (Marktplatz), mais également l’hôtel de ville, le Dingstuhl (ou Denzelt, instance administrative et judiciaire), témoigne de la puissance passée de la ville. La présence du culte de Saint Willibrord, saint patron du Luxembourg et de la basilique fondée sur la crypte où il repose est en outre un symbole culturel identitaire fort pour les Luxembourgeois.

Echternach (Luxembourg) - 05 - Eglise Saints Pierre et Paul

Echternach (Luxembourg) – Eglise Saints Pierre et Paul

Echternach (Luxembourg) - 07 - Eglise Saints Pierre et Paul

Echternach (Luxembourg) – Eglise Saints Pierre et Paul

Dans cette petite ville tranquille, loin des lieux touristiques, se trouve une petite église, perchée en haut d’un rocher et à laquelle on accède par une volée d’escaliers moussus. A l’intérieur de l’église Saints Pierre et Paul, entre sobriété et polychromie, on trouve une atmosphère calme et colorée. Les vitraux modernes diffusent une lumière douce et les peintures des murs sont peintes dans un style très allemand, dans des polychromies qui donnent une bonne idée de la manière dont était décorées les églises naguère. Je reste quelques instants dans ce lieu un peu perché, un peu à mi-hauteur entre les hommes et les dieux, sans être dérangé par qui que ce soit. Un festival a lieu ici tous les ans, un festival de musique classique ; l’acoustique semble parfaite.

Echternach - Église Saints Pierre et Paul

Echternach – Église Saints Pierre et Paul

Echternach (Luxembourg) - 10 - Rue des écoliers - Shullergaas

Echternach (Luxembourg) – Rue des écoliers – Shullergaas

Echternach (Luxembourg) - 11 - Place du marché

Echternach (Luxembourg) – Place du marché

En sortant de l’église, j’emprunte la rue des écoliers (Shullergaas) pour rejoindre la Place du Marché où se trouve le Dingstuhl. Sur la jolie place se trouve une fontaine fleurie et l’on trouve encore ici quelques arcades sur cette place pavée. La Grand Place, elle, laisse entrevoir ce que pouvait être la vie de cette ville ne serait-ce qu’au début du XXè siècle.

C’est ici que je retrouve le calvaire au pied duquel j’ai été pris en photo. Depuis cette rue remonte la rue de la Gare, gare qui n’existe plus depuis sa destruction en 1974. Le dernier train de la Sauerlinn (ligne de la Sûre) est parti de la gare d’Echternach en 1964. Aujourd’hui, c’est une gare routière qui occupe son ancien emplacement. Dans cette rue, c’est une longue succession de commerces, de restaurants aux enseignes parfois peintes pas tous ouverts, de petits magasins de vêtements, de tabacs que les Allemands frontaliers viennent envahir à cause du prix du tabac beaucoup plus intéressant que chez eux. La rue se termine par un portique, puis par la gare routière, au bord de la Sûre ; un immense parking attend le passage des cars qui parcourent la région. C’est apparemment le rendez-vous des marginaux des environs, punks à chiens, clochards errants, alcooliques que se cachent dans ce lieu d’échange, entre errance et no man’s land. Un type aux cheveux longs, canette de bière à la main, m’attend à la sortie des toilettes publiques de la gare ; il avait juste envie de parler, ce que je fais de bonne grâce.

Echternach (Luxembourg) - 17 - Basilique Saint Willibrord

Echternach (Luxembourg) – Basilique Saint Willibrord

Echternach (Luxembourg) - 18 - Basilique Saint Willibrord

Echternach (Luxembourg) – Basilique Saint Willibrord

Echternach (Luxembourg) - 23 - Basilique Saint Willibrord - Pierre Richardot

Echternach (Luxembourg) – Basilique Saint Willibrord – Pierre Richardot

Echternach (Luxembourg) - 24 - Basilique Saint Willibrord - Ange et suaire de Véronique, Atelier de Trèves

Echternach (Luxembourg) – Basilique Saint Willibrord – Ange et suaire de Véronique, Atelier de Trèves

Je remonte la rue pour revenir sur la basilique Saint Willibrord qui date du XIè siècle, bâtie sur une église carolingienne dont la crypte est l’unique vestige ; c’est ici qu’aujourd’hui se trouve le cénotaphe contenant les restes du saint protecteur du Luxembourg. C’est une immense bâtisse austère, dans un style roman classique qui ne date que de 1868, et si elle a été détruite en 1944, elle a par la suite été reconstruite à l’identique et la façade est directement inspirée de celle de Paray-le-Monial. L’intérieur est un intérieur de basilique intégrée à une abbaye bénédictine, c’est-à-dire foncièrement austère. Des cartes postales anciennes datant du début du XXè siècle montrent que l’intérieur a été décoré de polychromies et de motifs géométriques. Aujourd’hui, tout a disparu pour lui rendre un aspect conventionnel. Si le sarcophage de Willibrord a été conservé intact, c’est parce que malgré l’effondrement de la basilique et le bombardement qui l’a mise à terre, la crypte a été miraculeusement épargnée. Le cénotaphe a été remonté dans le chœur après sa restauration en 1868, puis redescendu dans la crypte après la consécration suite à la restauration en 1953. Un petit musée situé dans la sacristie me fait m’arrêter devant deux pièces superbes : Un statue pour le monument de Pierre Richardot et un ange et suaire de Véronique datant de la fin du XVè siècle réalisé dans l’atelier de Trèves.

Si la ville demeure importante par la consécration de Saint Willibrord comme saint protecteur du pays, elle est aussi connue pour sa procession dansante, inscrite sur la liste représentative de l’héritage culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Cette procession, si elle consacre le fait religieux, s’est trouvé fortement contestée par l’Église qui y voyait autrefois une rémanence de culte païen. Elle est aujourd’hui parfaitement intégrée à la vie religieuse et culturelle de la ville, rassemblant tous les ans plus de 13000 pèlerins. Cette procession dansante se fait dans toute la ville et sa particularité réside dans le fait que les danseurs sont reliés entre eux par des foulards blancs, brodés aux armoiries de la ville. Le caractère jubilatoire et dansant de cette procession en fait un objet d’étude ethnographique fascinant qui la fait remonter à un temps immémorial.

Le matin, en arrivant, je me suis arrêté dans une supérette à l’entrée de la ville ; c’est ici que j’entends pour la première fois une langue jamais entendue jusque là. A la caisse, un couple de jeunes s’exprime dans cette langue dont on a peine à s’imaginer qu’elle est une vraie langue ; le luxembourgeois (lëtzebuergesch). Peut-être même est-ce ce dialecte d’Echternach et qui semble rouler sous la langue… ? Je quitte la ville dans cette atmosphère un peu mystique dont je m’enrobe, immergé dans les lieux de spiritualité et je file vers Vianden, en frôlant la frontière, en la traversant plusieurs fois, encore une fois.

Echternach (Luxembourg) - 25 - Rue du Pont

Echternach (Luxembourg) – Rue du Pont

Voir les 25 photos de cette journée à Echternach sur Flickr.

Un artiste de la lumière méconnu : Orest Adamovich Kiprensky

Un artiste de la lumière méconnu : Orest Adamovich Kiprensky

Voici un peintre que je ne qualifierais pas spécialement de bon peintre. En réalité, Oreste Adamovitch Kiprensky (Орест Адамович Кипренский) est un peintre académique pur, qui se situe dans la catégorie des peintres de la période romantique russe. Cet enfant illégitime sort de l’académie de Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg avec la médaille d’or et se fait connaître avec des scènes de bataille dans lesquels il insère des portraits ; sa carrière sera ensuite celle d’un peintre des grands du monde dans lequel il vit. Ses tableaux les plus célèbres restent celui du Colonel hussard Yevgraf Davydof et celui du poète Alexandre Pouchkine. Si sa peinture est absolument conventionnelle, pour ne pas dire un peu rasoir, Kiprensky demeure un grand dessinateur, ce qui nous indiqué par un nombre très important d’études, de nus à la sanguine et de pastels. Le portrait de Pyotr Olenin reste un exemple magnifique de son art au crayon. Le romantisme qui transpire de son œuvre fait de lui un capteur de son temps, d’un mélange de rigidité dans les attitudes et de légèreté dans les gestes ; une peinture qui n’est pas vraiment pas ma tasse de thé mais qui capte des lumières blafardes dans les carnations et qui témoigne que la peinture n’est que l’art d’attraper la lumière…

Nager sur la frontière, balade poétique à Luxembourg

Nager sur la frontière, balade poétique à Luxembourg

Retourner à Luxembourg, plus de vingt ans après y être venu gamin avec mes grands-parents, alors qu’entre temps je suis passé par des bouts du monde dont je n’avais même pas l’intuition, voici un cheminement que je reconnais bien. Après un été studieux, après être resté à Paris, puis parti en Bretagne trop peu de temps et dans un état de santé déplorable, je ne pouvais pas vraiment dire que ces vacances avaient été les vacances rêvées. Et puis il me fallait reprendre la route, avec ma voiture cette fois-ci ; il fallait que je retourne voir ce tout petit pays. Est-ce que je m’en souvenais vraiment ? Aucune idée. La ville elle-même m’a fait l’effet d’une grande inconnue, ou d’une petite inconnue finalement, mais les alentours m’ont parlé. J’ai en tout cas ressenti une certaine familiarité, bien lointaine des rues enfiévrées de Bangkok et des rizières de Bali. Retour à la maison, en terrain connu, à deux pas de chez moi. Quelques heures de routes et voilà que vous traversez la frontière comme si de rien n’était. Avec une petite dose de négligence, vous ne remarquez même pas les panneaux sur le bords de la route vous indiquant que, même si vous restez dans l’espace Schengen, vous n’êtes que les riverains d’un immense pays dont vous ne voyez même plus les frontières, et qui s’étendent jusque là-bas, aux portes de l’Asie fantôme, et au sud, bordé par une mer qui vous emmène au pays du couchant.

Carte ancienne du Grand-Duché de Luxembourg

Carte ancienne du Grand-Duché de Luxembourg

Je suis venu ici en 1986 avec mes grands-parents, j’avais à peine douze ans et sur les photos je ne vois qu’un petit garçon rondouillard en culotte courte et pull tricoté maison — les pulls « mémé », les meilleurs du monde — à la mine ouverte et pleine de bonhommie, dont on me dit souvent qu’il était un garçon tout mignon, tout gentil, ce que je suis toujours par ailleurs. En me voyant, j’ai envie de venir vers moi et de papoter cinq minutes. Posant au pied d’un calvaire dont on a oublié la signification ou dans une rue commerçante où il pleut comme vache qui pisse, c’est une morceau de mon histoire que j’ai décidé de parcourir à nouveau, avec mon fils cette fois. Étrange transfert où je deviens mes propres grands-parents pour faire de mon fils le petit garçon que j’étais. Désormais, c’est moi le transmetteur, le passeur de ces émotions, et je sens que j’ai quelque chose à faire ici, une marque à laisser, sur les pierres et les pavés de Luxembourg, ou dans la chair de mon fils. Finalement, revenir sur ses pas, nous ne faisons que ça à longueur de temps, à longueur de vie et même lorsque nous ne connaissons pas encore les lieux, nous y revenons mille fois par la pensée, entre la divagation et la rêverie. Passer les frontières mille fois, revenir sur la frontière, en suivre les contours d’une main hésitante, caresser les courbes d’un pays dont on finit par inscrire le dessin en plein cœur de soi et qu’on reconnaît comme étant quelque chose de sien. Viens avec moi, on ne fera que marcher dans les rues, on ne fera que ça, sans autre prétention. Approche-toi et regarde la carte, et toutes ces petites volutes dont on ne sait plus ce qu’elles sont, où elles se cachent, ce qu’elles cachent. On ne sait même plus dans quel pays on est… Je n’ai jamais autant traversé de frontières en trois jours, assis dans le fauteuil de ma voiture.

Je suis parti un samedi matin, pas vraiment à l’aventure, avec une chambre d’hôtel réservée sur les hauteurs de la capitale. J’ai simplement pris le chemin des écoliers pour y aller, refusant les évidences des routes trop droites, des tracés autoroutiers trop chers et sans charme. Alors une fois dépassée Reims, j’ai pris les petites routes, direction Charleville-Mézières et je bifurque sur une toute petite commune, Juniville. Dans la campagne flotte une odeur âcre et sur le bord des routes s’amoncèlent les boules terreuses des betteraves à sucre à peine sorties de terre. Une biche traverse la route, manquant de provoquer un accident, et s’enfuit dans les champs inondés sous le soleil d’automne. Paysage d’éoliennes à perte de vue, dans l’horizon marqué par le souvenir triste de la bataille des Ardennes.

Je traverse Vouziers, ville que j’apprends être la dernière demeure d’un monsieur qu’on ne connaît plus guère que pour avoir donné son nom à une tournoi de tennis, Roland Garros. J’y trouve une très belle église, Saint Maurille avec ses trois portails et son architecture Renaissance ; elle apparaît en plein milieu de la route, sans prévenir et oblige à faire un détour. Si le temps devait s’étirer à l’infini, je prendrai le temps de parcourir l’Europe en voiture, je prendrai le temps de m’arrêter pour saluer toutes les églises placées sur mon chemin, toutes les petites maisons qui s’y trouvent et les lieux qui racontent des histoires. L’église porte un beau clocher carré surmonté d’un bulbe, entièrement recouvert d’ardoise, et des superbes tympans au-dessus des portails. La page Wikipedia dit de Vouziers qu’on ne sait presque rien de la ville avant le XIIè siècle. J’aime imaginer que la ville n’existait pas et qu’elle a fleuri ici du jour au lendemain.

La route m’emmène ensuite dans une petite ville du nom de Montmédy. Ici la ville est connue depuis beaucoup plus longtemps, elle est mentionnée dès 634 ; nous sommes ici sur la ligne Maginot. A voir la situation de la ville, ce n’est pas franchement étonnant. Une immense citadelle fortifiée par Vauban garnit la crête d’un plateau rocheux. En contrebas, la ville, sobre et nue, qui semble dormir à flanc de rocher, encore revêtue de ses habits d’après-guerre. Un cinéma, le LUX, trône fièrement dans sa robe rosée et violette en haut d’une rue. La route descend et passe derrière une immense bâtiment austère figé dans ses barbelés ; un centre de détention, la relégation ultime, aux portes de la frontière pour devenir le plus invisible possible, tourné vers l’extérieur.

Le France des années 50. Cinéma vintage à Montmédy

Une photo publiée par Romuald (@swedishparrot) le

J’enquille à nouveau la route après une petite pause dans cette ville assoupie en ce samedi qui ne doit être guère plus vivant qu’un autre jour. Un dimanche ici doit être quelque chose d’humiliant. Je traverse un autre petit village, Ecouviez, un lieu à la limite de l’effondrement psychologique. Heureusement que le soleil brille pour donner de la couleur à ses volets et aux rares visages que je croise. Et soudain, à la sortie de la ville, un panneau vous annonce que vous venez d’arriver en Belgique. C’est donc aussi simple que ça ? Ça ne fait pas plus mal que ça ? On rentre donc ici comme dans du beurre et on tombe déjà nez-à-nez avec une baraque à frites !

Ici tout change, les panneaux, les limitations de vitesse qui deviennent invisibles, les noms de villes qui prennent un tournant un peu baroque parfois. Bruxelles n’a donc pas tout uniformisé ? Assailli par la faim, je m’arrêterais bien sur le bord de la route, mais rien ne m’accueille vraiment les bras ouverts. Je file sur Luxembourg, mais tandis que je passe Virton, Musson et enfin Aubange, je file un coup de volant à droite pour repasser la frontière et me retrouver face à un restaurant chinois, une sorte d’usine à la sortie de Longwy. Mon estomac crie famine, je capitule devant des rouleaux printemps qui étaient prêts à retourner en cuisine. Longwy ne me reverra pas ; ses émaux sont pourtant un parfait attrait. J’essaie d’imaginer le point exact, là où la rivière portant le délicat de nom de la Chiers est rejointe par un tout petit ruisseau, où la frontière se confond dans une confluence et se dessine entre la France, la Belgique et le Luxembourg. Je repasse par la Belgique pour quelques minutes à peine avant de me retrouver sur le territoire du Grand-Duché de Luxembourg (Groussherzogtum Lëtzebuerg) qui est arrivé en travers de la route sans crier gare. Pétange, Nidderkäerjeng, Dippech me voient passer avant d’entrer dans Luxembourg par la petite porte, c’est-à-dire la forêt… Avant de faire quoi que ce soit, je décide de poser mes affaires à l’hôtel, sur les hauteurs, à deux pas de la route d’Echternach. Surclassé parce que l’hôtel est loin d’être rempli, jouissant d’une vue superbe sur la ville au dix-huitième étage, balcons condamnés, je me pose quelques instants sur le lit ferme avant de repartir.

Alors que le jour commence à décroître, je me lance dans la toute petite capitale de ce pays tout petit. Une sorte de périphérique souterrain à voie unique pourrait vous faire faire le tour de la ville dix fois sans qu’on s’en rende compte ; petite ville mais ville embouteillée quand-même. Depuis la route d’Echternach où se trouve mon hôtel jusqu’au centre de la ville, on compte à peine dix minutes en voiture. Après, c’est une autre histoire, on peut rester longtemps arrêté en attendant que les feux tricolores drainent la circulation. Je découvre le Boulevard Royal, une vitrine de tout ce qui se fait de banques et de compagnies d’assurances luxembourgeoises et qui nécessairement invite à penser que c’est dans les couloirs de ces institutions que se décide la couleur du papier peint qu’on tapisse sur les murs du paradis fiscal. C’est en tout cas une vitrine aux vitres sales et légèrement décatie. Le luxe et l’argent ont moins d’odeur qu’on pourrait le croire, les fragrances monétaires ont un peu tourné ; cette avenue me donne l’impression d’un monde qui ne sait plus ce qu’il veut, en train de sombrer.

Luxembourg - Avenue de la liberté et Caisse d'Epargne

Photo © ansichtskartenversand.com

Luxembourg - Avenue et Pont Adolphe

Photo © ansichtskartenversand.com

Luxembourg - 01 - Caisse d'épargne de l'état depuis le viaduc

Caisse d’épargne de l’état depuis le viaduc

Luxembourg - 03 - Vallée de la Pétrusse

Vallée de la Pétrusse

J’emprunte l’Avenue de la Liberté qui descend vers le sud de la ville ; impersonnelle, plantée d’immeubles haussmanniens qui ne retiennent pas vraiment l’attention, avec la tour de la Caisse d’Épargne qu’on voit de loin… je m’écarte d’elle pour redescendre vers le quartier de la gare qui me semble absolument déroutant. On sent ici que c’est un quartier jeune, moins sophistiqué, plus à l’avant-garde, ou plus conventionnel, ça dépend du point de vue. McDonald’s et autres enseignes de vente en masse ont pris leurs quartiers ici, comme dans toutes les capitales européennes. Ici ou ailleurs, ce ne sont pas les lieux que je recherche tellement ils finissent par se ressembler et n’être plus que le même organe d’un grand village dont on ne connaît plus le nom. Derrière la façade d’un hôtel en pleine destruction, je m’engouffre dans une petite rue, dans l’espoir de trouver un moyen de revenir sur mes pas. C’est ici que je découvre l’envers du décor d’une ville qui fait bonne figure dans le monde entier en jetant à la figure de l’empire mondial son nom comme un gage de discrétion et de neutralité. Finalement, le Luxembourg est tellement petit qu’on ne le regarde pas ; il passe beaucoup plus inaperçu que ses voisins belges ou allemands et personne ne songerait à lui demander sa carte d’identité. Dans ces petites rues du quartier de la gare où l’on trouve quelques hôtels plus ou moins bon marché, on rencontre des dames, ou peut-être des hommes, je ne sais pas bien, je n’ai pas détaillé, qui vendent certainement autre chose que des timbres-poste dans la rue, en attendant on ne sait qui, pendant je ne sais combien de temps, jusqu’à la nuit peut-être. Démarches titubantes à la sortie des cafés, billets de banque qui passent de main en main pour je-ne-sais quel trafic, figures défaites, patibulaires, embrumées, à mille lieux du visage du parfait Luxembourgeois qu’on pourrait imaginer comme parangon de vertu toute relative (polo Ralph Lauren et sunglasses ?).

Luxembourg - Boulevard du viaduc

Photo © ansichtskartenversand.com

J’arrive à me garer au bout de l’avenue et je prends le viaduc à pied. Il n’est pas de plus belle entrée dans le cœur de la ville que de passer sur ce pont à pied, un viaduc immense enjambant le cours d’une rivière qu’on n’arrive pas à distinguer d’en haut tellement sa largeur est ridicule ; c’est la Pétrusse (Péitruss), une toute petite rivière dont le cours mesure à peine 11km et qui se jette dans l’Alzette (Uelzecht) dans le quartier du Grund. Une si grande vallée, un si grand pont, pour enjamber un si petit cours d’eau, c’en est presque comique. Les contreforts de la ville haute surplombent cette petite vallée, perchés sur un socle rocheux imposant ; il n’y avait pas de meilleur lieu pour construire cette ville fortifiée, qui se prolonge jusqu’aux casemates de Clausen, au-dessus du quartier du Grund, juchée sur son plateau.

Luxembourg - Entrée de Clausen

Photo © ansichtskartenversand.com

Luxembourg - Faubourg du Grund et viaduc du Nord

Photo © ansichtskartenversand.com

Luxembourg - Faubourg du Grund et Ville-Haute

Photo © ansichtskartenversand.com

Luxembourg - 05 - Eglise protestante

Eglise protestante

Je suis entré dans une petite église en commençant à me perdre dans les petites rues. Se perdre à Luxembourg est un exercice de haute-voltige tant ses dimensions semblent dérisoires ; on peut faire le tour de la Ville-Haute en moins d’une heure. Difficile de vraiment se perdre dans ces conditions. Une église protestante de la paroisse francophone. Ce qui me frappe ici, ce sont ces vitraux qu’on a du mal à imaginer dans un temple protestant tant ils sont riches de couleurs et de motifs. Malgré ses dimensions modestes, elle paraît chaleureuse avec son mobilier de bois clair et ses lumières jaunes ; un îlot de calme et de simplicité au cœur d’une petite ville qui bruisse du vrombissement de ses voitures de sport.

Carte ancienne de Luxembourg

Luxembourg - 07 - Palais Grand-Ducal

Palais Grand-Ducal

Luxembourg - 10 - Palais Grand-Ducal

Palais Grand-Ducal

Je flâne dans l’est de la Ville-Haute, ce carré qu’on peut suivre du doigt sur la carte, enserré entre la vallée de la Pétrusse et celle de l’Alzette qui fait des courbettes comme pour singer l’allure un peu folle de ce rocher. Tandis qu’avant de partir de la ville, je souhaite absolument passer devant le palais grand-ducal, je me rends compte que c’est le joli bâtiment devant lequel je suis déjà passé plusieurs fois, une bâtisse somme tout assez modeste pour un chef d’état, aussi symbolique soit-il, sur les murs duquel, le premier jour, j’avais vu se dessiner avec le pinceau du soleil se couchant, à la lumière rase, les courbes des passantes. Mes pas m’ont guidé jusqu’aux casemates du Bock, sur la montée de Clausen, depuis laquelle on peut admirer la montée de Pfaffenthal d’un côté, le quartier un peu retranché du Grund de l’autre, avec ses bâtiments austères et l’aiguille pointue de Saint-Jean du Grund, mais aussi le pavage de la cour de l’Abbaye de Neumünster (Neimënster) qui, de loin, me fait penser à un gigantesque plateau de jeu, quelque chose qui ressemblerait de loin en loin à la cour du Palais Royal redessinée par Buren. Je reste ici longtemps à scruter ces lieux où je suis déjà venu, mais où je n’ai que des souvenirs fragmentaires, le Grund qui reste dans l’ombre d’un soleil en train de décroître, son aspect à la fois sévère et familier. Les casemates sont fermées, mais je n’avais de toute façon pas spécialement envie de m’enfermer sous terre, alors je remonte dans la ville, repasse devant le home Saint-François, une maison de retraite elle-même décatie, ouverte sur le dehors, son intérieur sent le froid et l’humide, je m’enfonce dans la rue de la loge dont le nom évoque la franc-maçonnerie, de toutes petites rues partent dans un dédale incompréhensible de noms qui évoque une tradition que je ne connais que de loin. Tout ici m’évoque un passé allemand, des images un peu surannées de Moyen-âge enseveli sous les fortifications de Vauban. Un passage donne sur une cour, un escalier qui tourbillonne autour de la cour, des marches en pierre arrondies par l’usure, ici une tourelle sur laquelle sont inscrit des mots qui ressemblent à l’allemand, mais les quelques mots que j’en connais me laissent supposer que c’est ici du luxembourgeois : Mir wölle bleiwe wat mir sin. J’apprendrais que c’est en fait la devise du Luxembourg ; Nous voulons rester ce que nous sommes.  Je croise un type qui demande de l’argent, assis sur le trottoir, symbole d’une pauvreté qui gagne même les îlot perdus, et en deux langues s’il vous plait ; Pour vivre – Zum leben.

Luxembourg - 12 - Quartier du Grund depuis les casemates du Bock

Quartier du Grund depuis les casemates du Bock

Luxembourg - 13 - Quartier du Grund depuis les casemates du Bock

Quartier du Grund depuis les casemates du Bock

Luxembourg - 16 - Rue de la loge

Rue de la loge – devise du Luxembourg

Dans l’ «îlot gastronomique », je découvre quelques petits restaurants sympathiques qui ne sont pas du tout dans mon budget mais dont je note l’adresse pour y revenir lorsque j’aurai suffisamment d’argent pour me déplacer dans ce pays avec un attaché-case. J’erre dans le centre, sur la Place d’Armes où trône fièrement le Cercle Municipal. On dirait une nation en petit, une maquette de démocratie où tous les édifices municipaux seraient ramassés dans un panier, où toute une vie se concentre sur quelques kilomètres carrées, ne laissant, finalement, que peu de place à une vie normale, avec des boulangeries, une poste, des lieux publics et des magasins dans lesquels on achète des produits de première nécessité. Luxembourg est indéfinissable. Ce n’est pas vraiment une vitrine, ni vraiment une ville qui vit, c’est un entre-deux de Venise et de Paris, une ville chic mais qui ne flambe pas et qui se laisse embrasser tendrement.
Luxembourg est une femme séduisante, un peu raffinée, mais pas trop…

Photo © Industrie.lu

Photo © Industrie.lu

Luxembourg - 22 - Cathédrale Notre-Dame

Cathédrale Notre-Dame

Le soir arrive, je finis par me trouver une échoppe où manger, il est presque temps. A la soupe. 9 rue Chimay, un nom qui m’évoque la bière et l’abbaye éponymes. Je m’engouffre sur le trottoir une soupe de poulet aux champignons, une tranche de pain de campagne épaisse que je mouille dans la soupe, une Bofferding, la bonne bière d’ici, et un riz au lait à la confiture d’airelles.
Un clochard me demande une cigarette que je n’ai pas, en français, mais avec un accent bizarre que je n’arrive pas à reconnaître. Peut-être l’accent de la misère. Une bouche édentée mais civile qui dit bonjour s’il vous plaît merci au revoir. Finalement c’est assez rassurant de voir que cette ville ne cherche pas à cacher ses pauvres ; ils sont là, ont droit de cité. Les sourires sont rares, ils sont froids, ce sont des sourires de pisse-froid. Ça me rappelle Bruges, même si dans cette ville il vaut mieux parler anglais tant le français y est mal accueilli… il ne manquerait plus que le Wallon vienne nous envahir.

Luxembourg - 29 - Cathédrale Notre-Dame

Cathédrale Notre-Dame

Luxembourg - 31 - Cathédrale Notre-Dame

Cathédrale Notre-Dame

Il fait frais, ce soir. La journée a été magnifique et je ne perds pas de vue que nous sommes au mois d’octobre.
Je reviens à Luxembourg intra-muros le surlendemain pour diner au même endroit, juste avant de reprendre la route. Mais auparavant, j’ai erré dans la ville, revu le palais grand-ducal devant lequel je suis déjà passé sans savoir ce que c’était, et j’ai visité la grande cathédrale Notre-Dame, un monument du XVIIè siècle, imposant mais à qui il manque un peu de charme. Je suis tombé en admiration devant ses piliers sculptés de motifs entrelacés et les plafonds peints du chœur. L’orgue s’intègre parfaitement au jubé baroque, juste au-dessus de l’entrée. Ce soir là, il n’y a plus grand-monde dans les rues de Luxembourg.
J’ai voulu repousser jusqu’au dernier moment mon départ et suis allé à l’office du tourisme pour savoir si je pouvais prendre la route des sept châteaux, mais le monsieur très distingué du bureau m’en a presque dissuadé, me faisant comprendre que cette attraction touristique n’en avait que le nom, et que je ne verrais pas grand-chose si je prenais ce chemin, la plupart des châteaux étant fermés au public. Enfin, une dernière question, où puis-je trouver une boulangerie ouverte ? Je comptais énormément sur la boulangerie Cathy Godaert (à la place de l’ancienne brasserie Speltz) qui se trouve en face de A la soupe et qui fournit le restaurant, mais en ce lundi, elle est fermée. Je me rabats sur une boulangerie dans laquelle j’achète une demi boule de pain de 2kg, que je vais conserver pendant une semaine dans un torchon.

De cette petite incursion à Luxembourg, il va me rester des impressions fortes, l’image d’une ville qui ne se laisse pas approcher si facilement, qui regorge de petits secrets qu’il faut aller chercher à la main, tout doucement, comme on essaie d’aller prendre l’étrille sous son rocher, mais avant tout une ville au fort caractère, qui n’a pas grand-chose à voir avec l’image de paradis fiscal qui lui colle aux basques. Elle m’a montré ses visages les plus inattendus, l’envers du décor, et encore ! Je n’ai certainement pas tout découvert. Pour une fois, j’ai pris le temps, de découvrir et de me reposer, de sentir l’air et le bonheur monter en moi.

Demain, je vais nager sur la frontière…

Voir les 33 photos de cette journée sur Flickr.

Sidération #5

Sidération #5

Il est revenu le temps d’écouter les œuvres qui comptent ; d’un jour sans charme, au brouillard terrifiant, j’entends monter les notes fortissimo de la sonate “pathétique” n°13 de Beethoven, qui n’a rien de pathétique, sinon le nom… Je passe toutes mes matinées entre l’Atlas des îles abandonnées de Judith Schalansky et les nouvelles complètes de Graham Green, à flâner sans but autour des livres que je n’arrive pas à terminer, ni même à commencer pour certains. Ce n’est pas vraiment l’excitation des jours d’avant Noël qui me mobilise ces derniers jours, mais l’impression assez fulgurante que je doive refermer toute une période de ma vie, une des plus belles assurément, une des profitables à tout point de vue. On continue, maintenant. D’ici peu de temps, je vais reprendre ma balade poétique à Luxembourg, mes flâneries des routes perdues, mes journaux de voyage qui grandissent en moi. Lorsque je regarde mon carnet de voyage en Turquie, je ne pensais pas que sa rédaction puisse s’étendre sur autant de temps, deux ans et demi maintenant… Et tout ce que j’ai laissé en jachère…

La confrérie des marins t’accueille à bras ouverts, on t’offre vivres, voiles neuves, ancres… A Punta Arenas, l’étrange cadeau de Pedro Samblich, un capitaine autrichien, te laissera perplexe : des clous de tapissier… Semés la nuit sur le pont du Spray, dans les canaux fuégiens, ils déjoueront pourtant les assauts des indiens et des contrebandiers grimpés à bord. L’explication que tu en livres, et que j’ai lue cent fois, me semble toujours hilarante : « Chacun sait qu’il est impossible de mettre le pied sur un clou sans en dire quelque chose… » Je t’en veux un peu, Joshua, de ne pas avoir déclaré aux autorités la découverte de cette île, sur le détroit de Magellan, où tu as planté l’écriteau : « Défense de marcher sur la pelouse » — ce qui, ajoutes-tu, « en tant que découvreur, est [ton] droit le plus strict…»

David Fauquemberg, Réputé perdu en mer
in L’almanach des voyageurs, sous la direction de Jean-Claude Perrier
Magellan & Cie, 2012

Écoutons Beethoven en songeant à Joshua Slocum posant le pied pas très loin de Magellan. Tout de suite, ça prend un autre dimension…

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Sonata Op.13 No.8 in c minor, ‘Pathetique’ – Grave – Allegro di molto e con brio
Ronald Brautigan joue Beethoven au piano

Et ça, c’est pour l’ami François :

Photo d’en-tête © Luigi Torregiani