Cong* en néphrite

Le jade est une pierre semi-pré­cieuse connue sur­tout au tra­vers de la varié­té verte qui a fait sa renom­mée, mais la plu­part des jades sont blancs. Pierre très dure, elle est géné­ra­le­ment dif­fi­cile à tailler et depuis les Incas, on lui prête des ver­tus médi­ci­nales cen­sées gué­rir les mala­dies liées au rein et les coliques néphré­tiques, à tel point qu’on a attri­bué à une de ses varié­tés le nom de néphrite. Les cou­leurs du jade varient du blanc au vert avec plus ou moins d’in­ten­si­té, mais peuvent éga­le­ment être bleu­tés, noirs ou roses. Depuis la haute anti­qui­té chi­noise, le jade recèle un haut pou­voir sym­bo­lique et l’on dis­tri­buait aux digni­taires des tablettes de jade qui, selon les rangs, étaient déco­rées de motifs dif­fé­rents:

  • Le pre­mier rang rece­vait une tablette oblongue avec deux colonnes gra­vées.
  • Le second rang rece­vait une tablette oblongue où figu­rait un homme debout, le corps droit.
  • Le troi­sième rang rece­vait une tablette oblongue où était repré­sen­té un homme cour­bé.
  • Le qua­trième rang rece­vait une tablette annu­laire sur laquelle figu­rait du millet.
  • Le cin­quième rang rece­vait une tablette annu­laire gra­vée de feuilles de jonc.

Une cigale de jade était pla­cée sur la bouche des morts en signe de pro­tec­tion, et les neufs ori­fices du corps étaient recou­verts d’a­mu­lette d’or et de jade, ce qui était cen­sé pro­té­ger les corps de la putré­fac­tion.

Lin­ceul de jade de la tombe du Roi de Chu

C’est la rai­son pour laquelle dans la dynas­tie des Han de l’ouest, on retrouve des lin­ceuls de jade (玉衣) faits de pla­quettes de formes diverses, géné­ra­le­ment car­rées, rete­nues ensemble par de minces fils de métal ou de soie ; ces struc­tures extrê­me­ment coû­teuses n’é­taient réser­vées qu’aux élites et l’on estime qu’il fal­lait plu­sieurs années pour réa­li­ser ce type de cos­tume rituel com­po­sé d’un nombre de pièce de miné­ral oscil­lant en 2000 et 5000 pièces. L’ef­fet en est tout sim­ple­ment sai­sis­sant.

Lin­ceul de jade de la tombe de Liuhe,
rete­nu par des fils d’argent

 

Lin­ceul de jade de la tombe du Roi de Chu,
rete­nu par des fils d’or, faits de 4248 pièces de jade

 Pho­tos © Gary Todd

* Le cong est une pièce géné­ra­le­ment en jade, de forme cylin­drique rehaus­sée d’une sec­tion car­rée et per­cée en son milieu. Si sa forme n’est pas réel­le­ment expli­quée, elle pour­rait sym­bo­li­ser l’u­ni­vers tel qu’il était com­pris par les Chi­nois dans l’An­ti­qui­té. Car­tel du Musée Gui­met.

Tags de cet article: , ,