Dernier jour en Indonésie

03/03/2014

Dernier jour en Indonésie. Comme souvent, je suis content que ça s’arrête ; il y a un temps pour tout. Le voyage doit se terminer pour pouvoir faire à nouveau des projets et repartir, sans quoi ce ne serait plus du voyage mais de l’expatriation.
Je fais ma valise avant d’aller déjeuner et je profite un peu de la piscine avant de partir de l’hôtel. Je sais que je n’aurais pas forcément le temps plus tard, alors c’est maintenant que je barbote.

Dodo, chauffeur de taxi - Jalan Menukan - Yogyakarta - Indonésie - mars 2014

Dodo, chauffeur de taxi - Jalan Menukan - Yogyakarta - Indonésie - mars 2014

Je prends un taxi avec un type très sympa qui s’appelle Dodo et qui parle très bien anglais. Il a envie de m’apprendre quelques mots en bahasa, alors je me plie à l’exercice avec lui. Nous nous marrons bien tous les deux. Je lui demande si je peux le prendre en photo et comme j’ai pris ma petite imprimante Polaroid, je lui propose un deal. Je prends la photo avec mon téléphone et je la garde, je lui donne l’impression. Il est très heureux de cet échange et il me dit qu’il ne faut pas que j’hésite à lui faire de la publicité une fois arrivé en France.

Je lui demande de me déposer à Beringharjo que j’ai envie de voir. Le marché est une grande galerie sur plusieurs étages, dont le premier est uniquement envahi de vendeurs de vêtements, de coupons et de tissus au mètre. Je trouve un stand tenu par quatre dames, dont une est âgée. Les trois autres sont voilées, mais pas elle. Elle a un beau regard tendre et se cache pour ne pas que je la voie. Je négocie quelques bouts de tissus sur l’étal et je leur propose ensuite un cadeau (hadiah). La plus proche de moi est étonnée mais elle joue le jeu, alors je sors mon téléphone, la prends en photo et je sens qu’elle a l’impression que je me suis foutu d’elle, mais aussitôt, je sors mon imprimante et j’imprime la photo ; les femmes ont compris, alors elles commencent à rire et je mets littéralement le feu à l’allée où les commerçantes m’entourent pour regarder ce que je fais. Lorsque la photo apparaît, c’est l’explosion de joie ! La petite dame en rouge à côté de moi demande à ce que je prenne ses deux sœurs, ce que je fais avec plaisir, puis la grand-mère et là l’imprimante se bloque. Je mets dix bonnes minutes à décoincer le papier et elles me disent toutes que ce n’est pas grave. Pour moi, ça l’est, ce n’est pas juste. Je ne peux pas repartir comme ça sans avoir donné la photo à cette gentille dame. La dame en rouge m’évente parce qu’elle voit que je commence à transpirer et finalement la photo sort. La petite dame me remercie chaleureusement. De mon côté, je suis heureux d’avoir pu partager ce bon moment avec elles, ne pas avoir été simplement dans une relation marchande. Ironie de l’histoire, la seule photo qui me reste est à la photo de cette petite dame, les deux autres ont disparu… Ce n’est pas grave, ce n’était pas pour moi, mais bien pour elles.

J’ai regardé cette ville comme un animal effrayant et aujourd’hui je n’ai plus envie d’en partir. Tout ici me semble familier, tout me semble digne d’être regardé, apprécié, palpé… Je suis heureux d’être venu ici.

Il y a beaucoup de monde sur Malioboro et le taxi met pas mal de temps à me ramener à l’hôtel. Je regarde les passants, il y a des visages superbes dans cette ville. Je récupère ma valise à l’hôtel et le taxi n’arrive pas, je commence à stresser. Garuda Indonesia ferme les enregistrements de bagages une heure avant le départ, ce qui fait peu pour un vol intérieur, mais le chauffeur écrase le champignon, alerté par le type de la réception, alors je lui laisse un gros pourboire.

Arrivée à l’aéroport Adisucipto de Yogyakarta (JOG). Enregistrement, attente dans le hall d’embarquement, dans la moiteur d’un pays que je m’apprête à quitter, j’ai tout de même un pincement au cœur. Les quatre portes donnent directement sur le tarmac et on marche sur la piste pour aller rejoindre l’avion, un Boeing 737 aux couleurs de la compagnie locale.

Arrivée à l’aéroport de Soekarno-Hatta de Jakarta (CGK) où règne une animation beaucoup plus intense que celle vécue à l’arrivée, lorsqu’il a fallu zoner devant les portes. Dehors, il fait lourd, moite. En passant près des zones fumeurs, on reconnait clairement l’odeur du kretek, ces cigarettes locales, parfumées au clou de girofle et dont le filtre est sucré, une odeur très agréable et pas du tout âcre comme celle des cigarettes traditionnelles. J’ai quatre heures d’attente, qui passent finalement assez vite.
Des voiles blancs partout, des valises identiques à l’enregistrement, c’est un monde à la fois de similitudes et de dissemblances que je quitte, un monde dans lequel j’ai mis le pied et dans lequel à présent, j’ai envie de retourner.

Le voyage se termine lorsque l’Airbus A380 d’Emirates Airlines pose les roues sur le tarmac de Roissy Charles de Gaulle et que je sors de l’aéroport en bermuda et chaussures légères pour rejoindre le taxi, tandis que dehors, il ne fait que 7°C.

Selamat tinggal Indonesia !!!

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Go top