Une année qui se referme

Voilà. 2013 reste derrière. 2014 s’ouvre tout doucement.
Étrangement, avec les années, les chiffres jouent contre nous et on peut difficilement faire semblant de savoir que les choses ne se font pas progressivement. Non, ça tombe d’une seul coup, c’est une révolution, aux deux sens du terme ; on boucle quelque chose le soir du 31 décembre, comme on boucle sa valise pour partir sur le champ. On ferme le rideau métallique en sachant qu’on ne reviendra pas. C’est un peu triste en somme.

Quais d’Üsküdar au couchant – Istanbul – mai 2013

L’année qui arrive est faite d’incertitudes ; on sait rarement ce qui va s’y passer, même si on a une vague idée de ses projets (ce qui n’est presque pas mon cas) et ce n’est pas une vision noire des choses que de dire que l’équilibre se fait entre les joies et les peines, le bonheur n’étant souvent qu’un entre-deux moments. (more…)

Die Abenteuer des Prinzen Achmed de Lotte Reiniger (1926)

Die Abenteuer des Prinzen Achmed de Lotte Reiniger (1926) - Les aevntures du Prince Ahmed

Se dire que ce film d’animation a 87 ans est tout de même hallucinant. Tourné en 1926 par la réalisatrice Lotte Reiniger, entièrement réalisé en animation de silhouettes, il dure environ 66 minutes et a été tourné en 24 images par seconde, soit près de 100.000 images. Les aventures du Prince Ahmed est un des tableaux qui composent les Mille et une nuits et à ce titre, est une animation d’une rare finesse et d’une beauté féérique. C’est également le plus vieux film d’animation connu et existant.

Lotte Reiniger

Hevajra et Nairâtmya enlacés

Lors de ma virée d’hier au Musée Guimet pour l’exposition sur Angkor, j’ai flâné dans les autres départements à la découverte de ce qui me pouvait me sauter au visage (c’est fou ce que dans les musées on peut croiser comme gens pénétrés, tous spécialistes de tous les aspects des arts asiatiques, oui c’est fantastique…) et j’ai découvert cette petite statue en bronze doré provenant du Tibet. Elle représente le dieu polymorphe Hevajra dans son aspect kapaladhara, c’est-à-dire affublé de huit visages, seize bras et quatre jambes. Je ne suis pas vraiment très au clair sur la signification de chacun des attributs qu’il porte car c’est réellement l’expression d’un ésotérisme profond, mais cela vaudrait le coup de s’y pencher. On peut trouver sur le site du musée une autre représentation de ce couple, dont la position est pour le moins suggestive.

Hevajra et Nairâtmya - Tibet - XVIe siècle - Musée Guimet

Ce qui a retenu mon attention de cette petite chose, c’est la tendresse. Le dieu Hevajra aux huit visages enlace son épouse Nairâtmya avec une tendresse incroyable et je trouve particulièrement sensuel le port de tête des deux amants affrontés, bouche contre bouche. C’est à ce genre de petit détail qu’on trouve de l’humanité dans les représentations divines.

Retour du monde

Envie de voir le monde au travers de superbes photos et de carnets de voyage dignes de ce nom ? Voici Retour du monde, un petit blog bien sympathique à l’esthétique vraiment particulière et des carnets de voyage bien documentés, simples et humbles, comme je les aime.

Retour du monde

Civilisation de Sir Kenneth Clark

Sir Kenneth Clark

On cherche quelques renseignements et on finit par trouver tout autre chose. Le grand historien de l’art Sir Kenneth Clark, dont je cherchais des écrits remontant à 1938 sur l’histoire du détail dans l’art, a produit une série de 13 documentaires sur l’histoire de l’art, regroupés sous le nom de Civilisation, diffusés en 1969 sur la BBC et dont je me suis plu à regarder les premiers épisodes. Une approche un peu particulière de l’histoire de l’art, mais tout à fait passionnante.

  1. The Skin of Our Teeth
  2. The Great Thaw
  3. Romance and Reality
  4. The Measure of All Things
  5. The Hero as Artist
  6. Protest and Communication
  7. Grandeur and Obedience
  8. The Light of Experience
  9. The Pursuit of Happiness
  10. The Smile of Reason
  11. The Worship of Nature
  12. The Fallacies of Hope
  13. Heroic Materialism