Avec mon grand-père, on aimait bien partager toutes les choses nouvelles qu’on pouvait apprendre chacun de notre côté. Parfois, les discussions pouvaient se compléter et s’apporter elles-mêmes des informations qui enrichissaient le tronc commun. Une des dernières dont il m’ait parlé concernait une solution à ses mots croisés, un mot que nous ignorions l’un comme l’autre ; le boulin. Voici la définition que j’en ai trouvé sur Wikipédia:

Un boulin est une pièce d’échafaudage en bois, horizontale, engagée dans la maçonnerie par une ouverture nommée trou de boulin. Le boulin porte le plancher de l’échafaudage. C’est une pièce en bascule soulagée à son extrémité opposée par des pièces de bois verticales nommée échasse. Les trous de boulin sont présents dans l’architecture depuis la plus haute antiquité. Borgnes ou traversants, ils marquent les points où l’échafaudage était fixé, donnant ainsi de indications sur les techniques utilisées.

Photo © Revue archéologique du centre de la France
Mise en évidence des alignements de trous de boulins sur une maison de la rue du Général Meusnier à Tours

J’avoue que ce n’est pas le genre d’information dont on se sert couramment, aussi j’en avais oublié le sens mais pas la sonorité, et lorsque je suis tombé sur le passage de ce livre [1], tout m’est revenu en mémoire, car bien évidemment, mon grand-père devait savoir:

Le plus souvent, l’échafaudage n’apparaît dans les textes qu’à l’occasion d’un accident : ici le maître d’œuvre y fait une chute ; là, une pièce de bois choit sur un ouvrier ou sur un jeune moine que parfois le commanditaire, un saint abbé, rend à la vie. Ses caractéristiques matérielles son très rarement évoquées : la vie de Gauzlin fait état des claies, utilisées concurremment avec les planches et les platelages (surfaces de circulation). L’archéologie des élévations en restitue la structure et l’histoire. En effet, les édifices romans laissent voir sur leurs élévations des séries assez régulières de trous quadrangulaires définissant des horizontales et des verticales. Il s’agit de « trous de boulin », logements de ces bois horizontaux (« boulins ») qui, fixés dans le mur, solidarisaient l’échafaudage avec la construction en cours et portaient les platelages. Véritable négatif de l’ouvrage de bois disparu, l’ensemble de ces trous de boulin dessine l’organisation générale de l’échafaudage, où l’on distingue aisément le projet initial des extensions, rajouts et reprises. Notons que l’absence de trous de boulin peut correspondre à une absence d’échafaudement ou à une échafaudage libre, maintenu par deux rangs de perches verticales dont on retrouve parfois les trous de calage dans le sol.
L’analyse des trous de boulin est riche d’enseignements les plus divers : géographie technique — par exemple, les trous de boulin quadrangulaires dans toute l’Europe romane, sont souvent courbes (quart ou moitié de cercle) dans l’ouest de la France ou bien dessinent une meurtrière dans l’Italie méridionale, comme si on avait utilisé des planches sur chant plutôt que des poutres ; production de bois : les sections de boulin sont assez homogènes et mesurent le plus souvent de 80mm à 140mm de côté, mais l’explosion de la construction dans des régions mal dotées en bois adaptés a pu entraîner l’apparition de sections extrêmement variables correspondant à du tout-venant  mal calibré, notamment des poutres en remploi ; chronologie relative et chronologie absolue des tranches de travaux : les variations dans la structure de l’échafaudage dessinent souvent la succession des phases (à Lyon, l’étude conjointe de l’échafaudement et de la liturgie a donné la chronologie de la cathédrale à la fin du XIIè siècle) et, lorsque le mur livre des fragments de boulin, l’analyse par dendrochronologie ou carbone 14 rend possible une datation absolue ; cahier des charges : les hauteurs de platelage, les entraxes des boulins et leurs portées mettent en évidence les utilisations de l’échafaudage, parfois une forme de spécialisation ; ainsi l’échafaudage hélicoïdal (une rampe continue en colimaçon destinée à la seule circulation des personnes) est-il spécialisé dans la construction des donjons de plan circulaire.
[…] L’échafaudage était utilisé surtout par les maçons (joints et enduits), les sculpteurs (décor sculpté sur place), les tailleurs venant vérifier les dimensions et la forme de tel bloc, les porteurs de mortier figurés dans l’iconographie romane, les grutiers et, bien sûr, le maître d’œuvre. Il permettait un déplacement rapide dans les parties hautes du chantier, les baies déjà réalisées offrant un passage d’un côté à l’autre du bâti, mais le transport de matériaux lourds devait être effectué sur l’arase du mur. Les ouvertures (lancettes, roses, rosaces) pouvaient recevoir un échafaudage propre, pour faciliter le montage des parties clavées et des sculptures, et peut-être la pose de verrières. À la fin des travaux, l’échafaudage était naturellement démonté ; les trous de boulin étaient souvent bouchés et l’enduit les couvrant gravé d’une marque : on laissait ainsi la possibilité à des professionnels devant intervenir quelques dizaines ou centaines d’années plus tard de retrouver les trous de boulin et de les remployer dans le montage de leur échafaudage.

Photo © Monuments historiques de PACA

J’aime beaucoup l’idée que le boulin soit un outil en propre et que l’échafaudage qu’il permet de soutenir fait corps avec le bâti en cours et ne l’épouse pas comme c’est le cas de la plupart des échafaudages d’aujourd’hui. La structure ne peut ainsi être montée qu’avec le mur, sur le même rythme. Également, l’idée que les maçons de l’époque laissaient à leur descendant la possibilité de retravailler l’ouvrage avec les trous existant montre à quel point la construction en pierre est à ce point ancrée dans la civilisation et se transmet dans le temps comme un trésor de famille.

Photo © Lankaart.
Trous de boulin sur les pans déprimés (lésènes[2]) de l’Abbaye de Gellone ou Abbaye de Saint-Guilhem-Le-Desert. On peut voir également sur ce même billet les trous de boulins sur les élévations à l’intérieur de l’abbaye.

Liens:

  1. Site de l’inventaire du patrimoine architectural de la Région de Bruxelles ; on y apprend la fonction des cache-boulin sur les maisons belges, notamment rue de Lisbonne.
  2. Site du projet Martinet qui vise à réhabiliter les trous de boulin en nichoirs.
  3. Site de la commune de Préaut, près de la Roche-sur-Yon en Vendée ; on y explique la fonction des trous de boulin, mais aussi des boutisses traversantes et des renforts de murs, leur évitant de “prendre du ventre”.

Notes:

(1) Initiation à l’art Roman, architecture et sculpture. Sous la direction d’Anne PRACHE, Philippe Plagneux, Nicolas Reveyron, Danielle V. Johnson. Editions Zodiaque. 2002, p.34-35.
(2) La lésène (également appelée bande lombarde) est un élément architectural décoratif très utilisé sur les façades des églises romanes. On les nomme également pans déprimés car ces éléments sont en retrait par rapport à la façade.