Le Magasin pittoresque / publié… sous la direction de M. Édouard Charton, directeur de publication (1833-1938)

Publié de manière ininterrompue pendant cent-cinq ans entre 1833 et 1938, le Magasin Pittoresque avait pour vocation de faire connaître les vestiges du passé par un décorticage de l’archéologie et l’art, en n’omettant pas de s’attacher aux découvertes technologiques de l’époque comme la photographie, avec pour principe d’illustrer le propos de gravures. D’une grande vertu pédagogique, la revue se vendra d’abord hebdomadairement puis mensuellement en atteignant rapidement un tirage de 100 000 exemplaires et verra passer par ses lignes certains noms devenus célèbres par la suite, comme George Sand, Camille Flammarion ou Eugène Delacroix.
Sur le site de la BNF sont disponibles les 94 numéros de la revue.

Émile Prisse d’Avesnes – L’art arabe d’après les monuments du Kaire, depuis le VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle, Paris, 1869-1877

Émile Prisse d’Avesnes (ou Avennes) a passé sa vie à faire connaître en France et plus largement dans l’Europe du XIXè siècle l’art arabe et son principe d’ornementation à la fois complexe et d’une simplicité révoltante. Immergé dans une Égypte millénaire durant deux longs séjours, il ramènera en France pour conservation la fameuse « chambre des ancêtres » trouvée sur les parois du temple de Thoutmôsis III dédié à Amon-Rê à Karnak, aujourd’hui exposée dans une petite salle du département des antiquités égyptiennes du Louvre, et il s’appliquera à ordonner des relevés d’ornementation de toute beauté, compilée dans la somme de L’art arabe, écrit et mis en page entre 1869 et 1877.

Liens :

  1. Listes royales égyptiennes
  2. L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe par Prisse d’Avenne, intégralement disponible sur le site de la NYPL digital gallery.
  3. L’émission d’Abdelwahab Meddeb (Cultures d’islam) sur Prisse d’Avennes sur le site de France Culture, dont l’invitée est Mercedes Volait, directrice de recherche au CNRS.

 

Les Quatre Livres de l’Architecture d’Andrea Palladio

L’art italien de la Renaissance prend son envol à partir des vergetures du passé exhumé de la terre, là où les Antiques ont prospéré jusqu’à la chute de l’empire romain. On a presque tendance à oublier que Rome a décliné bien avant la chute de l’empire romain et que la capitale de l’empire change deux fois avant que la civilisation romaine soit rasée de près par les hordes de barbares qui ravagent l’occident connu en quelques années. Rome est abandonnée comme résidence impériale et le pouvoir éclate entre plusieurs villes comme Milan, Nicomédie ou Trèves. Constantin déplacera la capitale de l’empire à Byzance et ainsi Rome finira secouée par les tremblement de terre, enfouie sous la terre, la végétation et les détritus, démantelée pierre après pierre, saccagée, profanée jusqu’à sa redécouverte. Les cours italiennes partiront à la recherche de ce passé prestigieux oublié en amorçant les premières fouilles archéologiques in situ. C’est d’ailleurs à la fin du XVème siècle qu’on retrouve les vestiges de la Maison Dorée (domus aurea) de Néron dans des circonstances rocambolesques.

Un jeune Romain tomba dans un trou sur les pentes de l’Oppius et se retrouva dans une sorte de grotte couverte de peintures surprenantes. D’autres jeunes artistes explorèrent à leur tour ces salles étonnantes. Les fresques ainsi découvertes inspirèrent un nouveau style de décoration plein de fantaisie, que l’on baptisa «grotesques». Les célèbres artistes Domenico Ghirlandaio, Raphaël et Michel-Ange descendus à leur tour eurent la révélation de ce qu’était l’art antique oublié. On pense que Raphaël en tira une partie de son inspiration pour la décoration des fameuses Loges du Vatican. (Wikipedia)

(more…)

Fische der Südsee (Journal des Museum Godeffroy)‎

Le Museum Godeffroy, autrefois installé à Hambourg entre 1861 et 1876, était une petite entreprise familiale née du commerce avec l’Amérique centrale, les Caraïbes et plus tard l’Amérique du Sud. D’origine française, les Rochellois huguenots de la famille Godeffroy se sont installés en Allemagne au bord de la mer, suite à la révocation de l’Édit de Nantes et ont constitué une flotte qui atteindra vite 27 bateaux. Le sieur Johann Cesar IV Godeffroy demandait à ses capitaines de vaisseaux de ramener de chacun de ses voyages tout ce qui pouvait constituer la base d’une connaissance en histoire naturelle et ethnologique. La somme des objets ramenés servit en 1876 à solder les comptes de l’entreprise lors de la banqueroute de celle-ci et les collections furent éparpillées entre plusieurs musées allemands. Il en reste aujourd’hui ce fameux Journal des Museum Godeffroy, riche de table d’illustrations dessinées par les frères Semper ou l’explorateur Andrew Garrett, dont voici 86 planches superbement illustrées, colorées, autour des poissons des mers du sud. Les planches ont été regroupées dans une galerie visible en cliquant sur ce lien, accompagnée par Portico Quartet, avec le morceau Knee-Deep In The North Sea.
Un peu plus tard, seront regroupées ici les planches d’illustration des six tomes compilant les actes du Museum.

De Salamandrae Terrestris Vita, Evolutione, Formatione Tractatus [Adolph Friedrich Funk – 1802-1830]

De vita salamandrae terrestris

Voici à nouveau un livre écrit en latin — De Salamandrae Terrestris Vita, Evolutione, Formatione Tractatus — par le naturaliste Adolph Friedrich Funk, datant de 1827 dans lequel sur les trois dernières pages s’étendent de superbes planches d’illustrations représentant la salamandre terrestre (salamandra salamandra) sous toutes ses coutures. Une rare qualité de représentation…