Sensation d’un matin assoupi

11/11/2010

Le matin se lève sur un ciel fou, bariolé d’oranges qu’on ne connait pas. J’ouvre les rideaux pour me repaître de ces lumières qui me réchauffent et je m’assoupis dans un rêve marin aux allures rayonnantes de voyage immobile, ne me répétant les mots de ce poème qu’une fois déjà loin…

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, - heureux comme avec une femme.

Sensation, Arthur Rimbaud, 1870

2 comments

  1. Comment by fabienne

    fabienne Reply 11/11/2010 at 12:16

    mais Rimbaud a-t-il jamais été heureux avec une femme ?

  2. Comment by Le Perroquet Suédois

    Le Perroquet Suédois Reply 11/11/2010 at 12:58

    Ça, l’histoire ne le dit pas. A-t-il simplement été heureux ?

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Go top