On a, je crois, certainement déjà tout dit sur Le Corbusier et la belle et immense maison qu’il a dessiné pour les époux Savoye à Poissy. On a, je crois, déjà expliqué en long, en large et en travers tout ce qui fait le génie de Corbu, ses fenêtres bandeaux, le fait de construire un jardin-terrasse sur le toit, les pilotis et la libre-circulation qu’ils engendrent, ses plans libres de toute contrainte de portance et ses façades indépendantes. On sait par contre un peu moins qu’il concevait absolument tout : intégration de tablettes dans les murs pour créer des espaces de travail, prises électriques, appliques murales, poignées de porte, et bien évidemment, le mobilier : dans la Villa Savoye, moins connue sous le nom de Les Heures Claires sont exposés et laissés libre à l’usage la chaise LC1 (LC comme Le Corbusier…), le fauteuil LC2 et la très confortable chaise longue LC4, ou encore la table LC6. Tout ici est en situation.

Le Corbusier avait également conçu la maison du jardinier à partir du modèle qu’il avait créé de maison minimum unifamiliale à vocation sociale, présenté au congrès des CIAM de 1929 avec son cousin Pierre Jeanneret. Construite entre 1928 et 1931, ce lieu est d’un incroyable modernisme, inégalé aujourd’hui, mais soyons honnête, le lieu est incroyablement froid et serait à mon sens peu agréable à vivre. C’est un des seuls monuments historiques classé du vivant de son créateur.
J’ai visité le lieu en 1993 alors que sa longue restauration était encore en cours et qu’il fallait prévenir pour la visiter, et déjà à l’époque, le charme avait opéré. 36 photos sur Flickr
Localisation sur Google Maps.