Le visage de Savorgnan de Brazza

11/10/2013

J’ai trouvé un jour un livre sur les explorateurs* sur la couverture duquel figurait un visage très beau, énigmatique, figé, le visage de quelqu’un qui m’était complètement inconnu. Cet argument aurait en fait suffi à ce que j’achète ce livre, la publicité en était savamment faite. Et puis, je l’ai oublié, jusqu’à hier soir où je suis tombé sur un article sur Pierre Savorgnan de Brazza, né Pietro Paolo Savorgnan di Brazzà à Castel Gandolfo. J’ai immédiatement reconnu ce visage incomparable qui m’a beaucoup troublé. Si je connais peu Brazza pour son action et pour son rôle dans les débuts de la colonisation française, je sais qu’il est très aimé au Congo, pays auquel il a laissé un héritage précieux ; le nom de sa capitale. Héros tragique, anti-esclavagiste, officier de marine un peu romantique, dandy un peu ténébreux, il est décédé suite à de fortes fièvres que d’aucun diront causées par un empoisonnement. On ne pouvait décider mort plus romantique pour un aventurier de sa trempe.
Dans ce visage au nez busqué, aux yeux sages, au visage lisse, à la barbe en pointe, il y a quelque chose de profondément calme, de visiblement à la fois doux et grave. Sa tête penchée sur le côté n’est pas qu’une simple pose qu’il prend pour le photographe, c’est le signe de celui qui sait écouter mais aussi de ceux qui se noient de leur magnifique solitude.

A écouter sur France Inter, Les renaissances de Savorgnan de Brazza dans La marche de l’histoire.

Notes :
* Aventuriers du monde : Les grands explorateurs français sous l’oeil des premiers photographes (1866-1914)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Go top