Je fermai un instant les yeux pour mieux imaginer, mieux voir ce que suggéraient ces paroles. Les cataractes crevaient le ciel, noyaient l'horizon et, sous les trombes d'eau, les petits hommes jaunes cherchaient dans la boue les morceaux de minerai précieux... Quand je regardais à nouveau autour de moi, la verte vallée s'étendait jusqu'aux toits de Mogok.

Joseph Kessel, La vallée des rubis. Gallimard, 1955

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Go top