La rose et la tulipe, carnet de voyage à Istanbul 16 : Le passage du boeuf, reflets sur le sombre Bosphore…

07/07/2012

Épisode précédent : La rose et la tulipe, carnet de voyage à Istanbul 15 : Sur la rive asiatique, Üsküdar, Kuzguncuk et la Yeni Valide Camii…

Istanbul - avril 2012 - jour 6 - 140 - Sur le Bosphore

Le Bosphore, en soi, ce n’est qu’un bras de mer qui sépare deux rives que l’histoire a rapproché et que le mythologie a désigné comme étant le lieu du passage de la belle Io transformée en vache par Zeus amoureux. Ce n’est que ce bras de mer qui détache l’Europe de l’Asie et qui voit tous les jours une partie de la population stambouliote traverser en ferry ou en vapur pour se rendre d’un côté à l’autre. Le voyage coûte 2TL qu’il faut échanger contre un jeton en plastique rouge et nous voici dans un autre monde. Ce Bosphore attire comme un aimant. Large comme une rivière, ce n’en est pas moins la mer et c’est le point de passage obligé pour les bateaux desservant la Mer Noire, Odessa et Sebastopol.

Istanbul - avril 2012 - jour 6 - 143 - Topkapi depuis le Bosphore

Istanbul - avril 2012 - jour 6 - 148 - Vapur - Sur le Bosphore

Istanbul - avril 2012 - jour 6 - 165 - Tour de Léandre (Kız Kulesi)

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Évidemment, on en fait des montagnes, et c’est bien normal de monter en épingle ce qui nous appartient, mais montez sur un de ces bateaux qui se rend à Üsküdar et revenez au soir, vous aurez alors droit au plus beau spectacle qui soit. Toute la péninsule de Sultanahmet se découpe devant le soleil couchant, montrant ainsi le plus beau des visages de la ville, celui où l’on voit minarets et coupoles s’élever sur le sein blanc des sept collines ; un spectacle qui ne peut se comprendre qu’en y assistant. Les vedettes rapides croisent les cargos et les porte-containers à deux pas de la tour de Léandre qui frise l’eau tourmentée, et aussi loin que porte le regard, on ne peut s’empêcher de se perdre dans la vapeur qui s’élève et brouille le regard. Un moment de rêverie magnifié par un jeu de lumière qui change à chaque instant…

Istanbul - avril 2012 - jour 6 - 027 - Süleymaniye Camii depuis le Bosphore

Voir le diaporama complet (59 photos). Et en bonus, une courte vidéo de l’adhan, juste avant le départ en ferry depuis le quai d’Eminönü…

Épisode suivant : La rose et la tulipe, carnet de voyage à Istanbul 17 : Eyüp Sultan Camii, Eyüp Sultan Mezarlığı et Haliç, la Corne d’Or

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Go top