Entre 1962 et 1964, le cinéaste Maurice Pialat a tourné une série de six films à Istanbul sous la forme de courts métrages. Loin de la vision idéale servie aux touristes, ces petits films montrent un Istanbul déjà loin, dans une période d’entre-deux. Calme et reposant, ce premier film en couleur, Bosphore, raconte la vie de ce bras de mer autour duquel s’organise la vie stambouliote.

Le Bosphore
de Maurice Pialat
France/1962/14’/35 mm
Avec la voix de André Reybaz.