Pause…

J'aime bien l'idée qu'il y ait des livres autour de moi, des livres que j'ai pris le temps de choisir, parce que j'en ai lu la quatrième de couv' et que quelque chose dans la présentation qu'en fait l'éditeur me donne envie de l'acheter, mais surtout de le lire....

Où en étions nous ?

Vivre n'est pas si facile pour moi et si on me demande souvent pourquoi je lis, pourquoi je papillonne, pourquoi je m'intéresse et pourquoi je suis curieux, pourquoi je suis toujours occupé à quelque chose et pourquoi je ne m'ennuie jamais, pourquoi j'ai constamment...

Interdits et toujours vivants…

J'ai entendu des gens en parler sans les avoir vu. J'ai entendu des gens qui les ont regardé, mais qui n'en pensent rien parce qu'ils n'ont pas regardé jusqu'à la fin. Et j'ai entendu des gens s'indigner de la mauvaise qualité de ces petits films qui n'ont d'autre...

Choses érudites

Revue Littoral Revue créée dans les ornières laissées par le lacanisme, l'intégralité de la collection est disponible sur le site des éditions EPEL. On y retrouve énormément de noms connus (émanant de Saint-Denis notamment comme Foucault, Soulez, Krejbich) qui ont...

Devenir du matin

Je crois qu'au travers des années, on peut changer, faire mouvoir ses habitudes et ses comportements, on peut s'habituer et même étrangement, renoncer, passer à autre chose. On peut très bien faire en sorte de cultiver d'autres jardins en voilant son esprit. On peut...

Archéologie du renoncement

La jalousie est un sentiment atroce. Atroce parce que dévastateur et surtout parce qu'il est incontrôlable et qu'il mène à la vacuité la plus profonde. Je parle de la vraie jalousie, pas ce truc maladif d'adolescent qu'éprouvent certaines personnes qui ne supportent...

Bow-wood, Steiner 1948

C'est un fauteuil qui fait partie de mon passé, de ma chambre de jeune garçon. Je l'ai placé près de la fenêtre, tournant le dos à la lumière pour pouvoir y lire tranquillement dans un confort rare. Lire Rick Bass ou regarder les premiers épisodes des X-files en...

L’absence prolongée

Je ne suis pas beaucoup là parce que je suis ailleurs. Je me suis donné des projets, la possibilité de suivre mes envies en laissant un peu de côté le reste. Je me suis rendu compte également qu'une chose avait changé dans ma vie ; mon rythme de sommeil. Je me lève...

Changement de décor

L'automne aidant, le souffle du changement se fait ressentir. Dans mon paysage blogophérique, un grand bouleversement se prépare puisque Bloglines va arrêter définitivement son service le 1er octobre prochain. L'invention de Google Reader lui avait fait un mal...

Carnets de campagne #1

Des lettres en forme de carnet de campagne, jour après jour, pour consigner quelque part le flux des jours. Il n’y aura pas beaucoup de jours comme celui-ci, chaud et fiévreux, où le vent ne semble pas laisser complètement son jeu ouvert face au soleil.

Les plus belles mains de Delhi

Lorsqu’un journaliste suédois sur le retour, en bout de course, s’envole pour Delhi au risque de perdre pied dans un pays qu’il ne connaît pas et pour lequel il n’a a priori aucune espèce d’attirance et qu’une fois arrivé, il tombe gravement malade au point de croupir dans une chambre d’hôtel miteuse, terrassé par une indigestion carabinée, on se dit qu’il ne peut que remonter la pente.

Le livre qui a plus vécu que moi

Si un jour on me demande quel livre a plus vécu que moi, je répondrais sans hésitation, c’est celui-ci. On dira ce qu’on veut, il y a des livres qui vivent plus longtemps que ceux qui les lisent ; je veux dire par là, dans une vie d’homme…

Ko Pha Ngan stories #3 : Déluge à Chaloklam

Wat Chalok Lam. Le mot wat désigne tout naturellement ces temples que les bouddhistes visitent de temps à autre pour honorer la figure de Bouddha et les grands moines qui ont parfois leurs statues en cire criantes de réalisme exposées sous les auvents en bois.

Ko Pha Ngan stories #2 : Baan Chalok Lam

Baan Chalok Lam. On dit aussi Chaloklum. Voici le finistère de Koh Pha Ngan, un finistère en forme de croissant de lune s’enfonçant dans une vallée au pied d’un des points culminants, une montagne où les nuages chargés d’eau s’accrochent et finissent par se vider au-dessus du village de pécheurs.

מחברות ירושלים – Les carnets de Jérusalem

Assis non loin des vestiges du Temple de Salomon, inquiet comme un chat sous l’orage, je pouvais entendre bruire la rumeur de ceux qui priaient au pied de l’immense muraille.

Les carnets égyptiens

Nous étions seuls et nus face à l’immensité d’un désert de sable jaune, arasé par la lumière crue d’un mois de février pas tout à fait comme les autres. Il n’y avait rien autour, tout le monde s’était évanoui, et il ne restait plus que nos pauvres âmes esseulées mais remplies de bonheur.

Minimaliste du samedi matin : Conversation avec Goethe

Il est 8h44, samedi matin. Une première semaine de travail excitante, une semaine qui une fois terminée me fait me sentir comme après une bonne douche, délassé, détendu. Il me fallait ça pour retourner à la vie…

Motel de Moka / La fin des vacances

Voilà, c’est fini, on sonne la fin de la récréation, le temps des cerises n’est pas encore arrivé, mais on ferme tout, le rideau de fer est baissé, on range les pinceaux, on raccroche les gants, on se range des bagnoles, on coupe le son et on ouvre les mirettes…

Le temps très lent des toutes petites choses #7

Un mardi matin comme toutes les semaines, un matin frais et doux sous un ciel de printemps. La nature crie son bonheur de pouvoir exhiber à nouveau ses charmes aux yeux de qui sait prendre le temps de l’admirer, elle se pavane dans des poses langoureuses telle une femme lisant une lettre d’amour dans un tableau de Fragonard.