Klausjagen à Küssnacht am Rigi

Saint-Nicolas en Europe – 2

Küssnacht est une petite ville du canton de Schwytz (canton aux très belles armoiries), au bord du lac des Quatre Cantons dans laquelle se déroule une étrange procession, le soir du 5 décembre, la veille de la Saint-Nicolas ; le Klausjagen, ou chasse au Nicolas.
Le cortège s’annonce, sortant de la nuit, par le claquement secs dans l’air froid de ceux qu’on appelle les fouettards, leurs fouets frôlant la tête des spectateurs et chassant symboliquement les mauvais esprits.
Viennent ensuite les Iffelträger, personnages enchanteurs habillés de blanc et ceints de rouge et compagnons du Saint. Sur leur tête, ils portent des mitres de carton ciselé (Iffelen), ornés à la manière des vitraux et éclairés de l’intérieur, mettant en valeur l’image de Nicolas toujours représenté au centre du décor. Le cortège lumineux et superbe annonce l’arrivée du Saint accompagné de ses compagnons les croquemitaines.
Le cortège est clos par une nuée d’hommes faisant tinter leurs clarines et d’autres sonnant du cor dans un vacarme assourdissant.

Klausjagen à Küssnacht am Rigi

Photo © Daylife

La signification de cette délégation, c’est la tradition de la vénération de Saint-Nicolas mêlée à des scènes de l’Apocalypse, la lumière puis le vacarme des cors… Toute la nuit, on ripaille, on boit et on chante jusqu’au lever du jour, car il faut échanger pour ce jour nouveau des vœux de fertilité, de santé et de bonheur. Ce qui est fêté ici la veille de la Saint-Nicolas, c’est un rituel précoce de passage à la nouvelle année, dans lequel on extirpe de la nuit les forces malfaisantes pour les amener vers la lumière et les prier de venir en aide aux hommes.
Curieux syncrétisme religieux, cette fête associe la tradition liturgique chrétienne, le culte du soleil,  celui du dieu taureau Mithra et les traditions mythologiques alpines et germaniques. La présence forte de la lumière est également associable à la purification solsticiale. Si les origines de cette fêtes restent finalement obscures et diverses, on trouve peut-être une explication dans le nom de la ville ; Rigi. Rigi vient de Rigidus Mons, Reine des Montagnes qui depuis le temps des Celtes s’élevant face à la ville est un lieu hautement symbolique, véritable observatoire du soleil levant.

  • Localisation de Küssnacht am Rigi sur Google Maps.
  • Une vidéo sur Youtube montrant les fouettards et les sonneurs de clarines.

Time

Ceci est un intermède musical, avec un morceau emblématique, un des plus beaux de tous, d’un des albums les plus vendus de toute l’histoire. Pour vous remettre de vos émotions, quelles qu’elles soient…

Time, Dark side of the moon, 1973 (more…)

Hôtel de l’Océan

L’Atlantique est pour moi comme un immense refuge aux visages multiples, comme une frontière entre l’imaginaire le plus subtil et des pays aussi différents que charmants. Où qu’il soit, je me plie à ses caprices et prend de lui tout ce qu’il peut me donner.
Quelques jours sur l’île d’Oléron déployés sur Obsidienne…

oleron-024

La liberté enfin…

Voilà, c’en est fini de l’ancien blog. Un boulet derrière, des sacs d’ordure à jeter aux orties… Comme un fil à la patte enfin coupé.
Comment ? De quoi parlé-je ? De rien. Rien du tout, c’est du passé.
Et puis tout commence.

the_end

Le nuage volant

Si je suis là, c’est uniquement parce que j’aime avant tout penser à ce que l’image du monde est prête à me donner. Je ne fais plus partie du clan des pessimistes et à présent, je me plais à regarder l’horizon, sur l’océan, là où les brumes paraissent se dissiper dans la lumière blanche du soleil. Le navire représenté ici est un navire absolument mythique, le [[Flying Cloud]], un clipper datant de 1851, construit sur la côte est des Etats-Unis, à Boston. Avec sa voilure absolument gigantesque, il symbolise pour moi la maîtrise des océans, le volonté harassante de se surpasser sur les mers indomptables, mais également la vitesse et la puissance, la grâce et pour le moins, l’élégance.

flying_cloud

C’est ici que désormais je parlerai avec une certaine liberté de tous ces sujets qui me passionnent ; l’histoire, le patrimoine maritime, l’architecture, l’ethnologie, la photographie, mais également la littérature, le voyage et l’art. C’est ici aussi que je garderai ce fil directeur qui fera du Perroquet Suédois ce qu’il est ; l’humilité face à la beauté du monde.