Le plus petit des communismes

Même quand on ne connait pas Alain Badiou ou qu’on a du mal à adhérer à ses idées, il a le mérite de faire en sorte qu’on ne peut faire autrement que de l’écouter quand il parle et d’énoncer des phrases qui font sens, qui marquent et qui parfois même font sourire par leur sagacité ; c’est là sa grande force.

BADIOU Alain

Photo © HANNAH/Opale

L’amour, c’est le plus petit des communismes qui soit, le communisme à deux… minimum…

Alain Badiou, chez Frédéric Taddeï
Ce soir ou jamais

L’étrange cas du contremaître Phineas Gage

Il y a quelques jours, les lecteurs du Monde ont pu découvrir un article encadrant la photo d’un homme armé d’une sorte de harpon, un œil fermé et le visage froid, sans expression, impassible, mais non dénué d’un certain charme.
En 1848, travaillant sur un chantier ferroviaire, le contremaître Phineas Gage manipule de la poudre à l’aide d’une barre à mine (d’un bourroir en réalité) et la terre explose, propulsant l’outil qui lui traverse la joue, l’œil, puis le crâne pour finalement en ressortir intégralement.

phineas_gage

Le miracle tient au fait que l’homme a survécu à l’accident et n’a rien perdu de ses facultés intellectuelles, ni de sa mémoire, du moins en apparence. Toutefois, le cas Phineas Gage, largement popularisé par le neurologue Antonio Damasio présente un cas intéressant d’abolition du jugement moral. Gage après son accident aurait terminé sa vie dans un flou de colères aussi soudaines qu’irrationnelles et se seraient montré incapable de prendre des décisions posées et réfléchies. Ce cas est un de ceux qui illustre le mieux les désordres comportementaux liés aux lésions des lobes frontaux, dont s’est notamment fait une spécialité le docteur Oliver Sacks (Cf. L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau)
C’est grâce à la rencontre fortuite entre deux collectionneurs de photos et Internet (en l’occurrence Flickr) qu’on a enfin pu mettre un visage sur le nom de celui dont on n’avait jusqu’à présent que l’image du moulage de son crâne fait de son vivant.

(more…)