Joan Blaeu et son père Willem étaient tous deux des cartographes hollandais réputés. A la mort du père, le fils reprend l’œuvre et publie en 1662 puis en 1665 l’Atlas Maior (ou Theatrum Orbis Terrarum). Au total, ce sont douze volumes de planches en couleur représentant les principales villes des pays européens qui constitue cette œuvre unique en son genre et une source de renseignements colossale sur l’urbanisme des villes de cette époque. Ce qui est fascinant, c’est de découvrir ces superbes cartes au regard des images actuelles, de voir que le tracé des routes reprend le tracé des anciennes fortifications et que finalement peu de choses ont changé. L’expansion des villes n’est pas si importante que ce qu’on pourrait imaginer.

Schoonhoven

On constate qu’il y a un tracé d’un canal (ou d’une fortification) ultérieur à l’établissement de la carte de Blaeu, lequel a du être comblé par la suite. La campagne de Schoohoven est parcouru de champs tout en longueur et on s’aperçoit que ce pays de marchands est ponctué de petites villes établies sur le bord des rivières et des canaux.

Gouda

Gouda, l’autre ville du fromage…

Veere

Veere, petite ville cossue qui ressemble tellement à la campagne hollandaise sous un ciel de Flandres

On peut retrouver la totalité des feuilles de l’atlas numérisée sur le site atlasblaeu.com, malheureusement intégralement en flamand. Quelques unes sont également disponibles sur Wikicommons.

D’autres sites où il est question de Joan Blaeu:

Tags de cet article: ,